les trois sites d'hibiscustour


hibiscustour



hibiscustour, c'est trois sites aux différents visages :

  Curiosité..  Idées perso..    Iles et lagons..


 hibis     Curiosité....  

  Architecture, curiosité, étonnement   + physique, électricité, technologies - tribune libre

 hibis     Idées perso..

peindre, collages, se dépanner, dont électricité, démonter, reconstituer + Anglais-français..



 hibis        Iles et lagons..

Nouvelle Calédonie et Polynésie. Histoire, paysages, vie sociale, gens, tribus, Lagons, vie du lagon.



Depuis sa création en 2001, "hibiscustour" relate ce que j'ai vu, connu et compris en Nouvelle Calédonie. Au cours d'un séjour de trois ans et demi, ma fonction aux "telecom" de l'Office des Postes d'alors m'a en effet permis d'approcher différents milieux ethniques et sociaux, "caldoches", "zoreilles" (français métropolitains), anglais, kanaks en tribus, ou vietnamiens.
Revenu trente ans plus tard en touriste, muni d'un camescope numérique, l'idée de création d'un site a vite germé; j'avais quelque chose à dire au sein d'une offre Internet balbutiante. En 2001, "hibiscustour" était publié.

Plus tard, reprenant mes archives, j'y ai ajouté ce qui s'apparente à un album de choses curieuses ou drôles, puis un troisième volet dédié au bricolage, mon autre passe-temps, ultérieurement côtoyé par "tout ce qui cloche et nous soucie". Plus, pourquoi pas? un peu de sciences pratiques, dont l'électricité, la numérisation électronique. Mon but? le plaisir profond et très égoïste de créer pour être lu; et cela au niveau le plus simple, pour aider et encourager.

Hélas, mon dernier contact de Nouvelle Calédonie vient de s'éteindre (2018), mais un journal subsiste. Je maintiens néammoins ce site qui aborde sans fards une éternelle réalité, en merveilleux comme en désastreux, loin des habituels clichés si superficiels. Dans ce pays de Kanaks, de descendants de bagnards, de métropolitains, d'anglais, de wallisiens, vietnamiens, chinois, indonésiens, japonais même, tous placés sous l'autorité Française, ou une double avec la tribale, le passé est omniprésent. Il sera éternel. Sur une période de cinquante ans, en ce jour de novembre 2016, si bien des choses ont changé, le fond demeure, et l'actualité s'en fait l'écho.
Le passé est omniprésent. Malgré le rérérendum de 2018, une partie des Kanak creusent un peu plus le fossé culturel, sur fond de double jeu. C'est leur pays et si il est si attachant, c'est aussi grâce à eux..


Ma démarche est pédagogique, au sens de la découverte, du partage et de la compréhension, porte d'accès à la connaissance, aussi basique soit-elle. Le simple questionnement d'une roue qui tourne à l'envers dans un film est en soi un début. La vraie culture n'a pas de frontière, pas de tabous, aucun domaine réservé, loin de l'élitisme à la française.