hibis, rien que
la réalité..

groupe "hibis" et ses trois sites 

hibiscustour   Iles et Lagons, Vie du Pacifique

 Sommaire du site               email         mise à jour et synthèse

Cette page: Lagon, Société, Nickel, Politique, autres ressources


Lagon de Nouvelle Calédonie. Classement mondial UNESCO de Juin 2008: six zones du lagon sont classées au patrimoine de l'humanité: récifs d'Entrecasteaux, grand lagon nord (Belep), côtière nord et est, Ouvéa et Beautemps Beaupré, côtière ouest, grand lagon sud.

Avec ses 1600 Km de long, ses 350 variétés de coraux et 2700 espèces de poissons, la France a proposé l'inscription de la barrière de corail au patrimoine de l'humanité. C'est la plus riche après la Grande Barrière australienne. Les néo-calédoniens restent méfiants quant aux contraintes de ce classement.



Société.
Les faits récents.   suite dossier. Les nouvelles 2016:
décembre, début la nuit du 12 au 13 à St Louis. C'est reparti ! L'accès du mont Dore bloqué par quelques "délinquants" qui tirent à l'arme à feu sur les gendarmes. 12 à 15.000 personnes prises en otage, des navettes maritimes ont été mises en service pour assurer un accès vers Nouméa. Des blindés sont sur place. On attend une route de contournement car l'accès est souvent embouteillé. On a beaucoup construit aux environs de Nouméa et l'unique et ancienne route d'accès au mont Dore esr surchargée. Les troubles quasi permanent dans ce secteur de Tribus kanak et d"occupation" wallisiene n'arange rien. Préservation de l'emploi. En gestation : La priorité aux kanaks serait étendue à la priorité aux calédoniens résidents devant les étrangers. Réeforme du collège pliquée en Nouvelle Calédonie, "proposition". Quatre langues kanak seraient enseignées en deuxième langue dès la cinquième: le frehu, le nengone, le paicî et ajië. Ainsi que quelques éléments fondamentaux de la culture kanak.

Fin juillet 2009 ; sur fond de conflit entre USTKE et Présidence d'Aircal, refusant une signature, les violences reprennent avec affrontements contre les forces de l'ordre (boulons et tirs), un gendarme blessé par chevrotine. Le challenge entre autonomie et indépendance est bien souvent à l'origine des conflits.


Le Nickel. les faits récents.   suite dossier.

2016. L'annonce de la découverte par la Chine, d'importants gisements de minerai de nickel plombe le marché dont les cours chutent jusqu'à 40%. C'est la catastrophe pour l'ensemble des pays producteurs. La France cherche une solution avec ses partenaires calédoniens et un plan d'aides est élaboré. Des restucturations sont à l'étude mais sur ce secteur déjà en péril, tout devient morose. Le nickel représente en effet la plus grosse part des exportations. Eramet en grève. Le nickel nous échapperait-il ?  voir évolution des passes d'armes ci-dessous.  
2014 - Nouvelle alerte (fuite d'acide) à l'usine du sud Yale (Brésilien). Suspension d'activité en mai 2014. Février 07, Koniambo Nickel : onze milliards de travaux préliminaires pour l’usine du Nord. Clôtures, aménagement de la RT1, des bureaux et une base vie de 250 personnes



Politique les faits récents.   suite dossier.

La Nouvelle Calédonie, "Pays d'Outre-mer" (ex TOM, Territoire d'Outre Mer), est une "Collectivité d'Outre-Mer" française, divisée en trois provinces, dont une pour les îles de l'est (Ouvéa, Tiga, Lifou et Maré).
Bien que chapeautée par un Haut Commissaire, la Collectivité dispose d'une large autonomie, fait qui est naturellement disputé par les rssortissants du pays. Un Congrès réunit une partie des membres des trois Assemblées des Provinces Une gouvernement comprend un Président, un Vice Président et 9 membres, chacun responsable d'un pôle de compétence. Il y a un Sénat coutumier, et un Conseil économique et social.
Le haut commissaire, appelé "haussaire" est depuis son retour en 2016, Jean Jacques Brot Présidence du Gouvernement: Philippe Germain, remplaçant de Cynthia Ligeard. Présidence de la Province Sud: Philippe Michel (2014-2019)



Ressources, les faits récents   suite dossier.

L'Etat verse 150 milliards de CFP par an et les contribuables de la Province Sud et la Province Sud en versent autant aux Provinces Nord et Iles ! Il est donc suggéré, ironiquement sans doute, que la Province Sud demande son indépendance ! ce qui naturellement serait l'inverse de ce qui serait plutôt demandé par la population majoritairement canaque du Nord et des Iles !!

La part de la Province Sud dans l’économie néo-calédonienne est prépondérante dans tous les domaines. Elle assure plus de 80% du PIB (pour 75% de la population) de la Nouvelle Calédonie, ainsi que plus de 90% des nouvelles offres d’emploi. Voir dans le "dossier", la contribution de l'Etat Français



Quelques abréviations  A.I.R.C.A.L. : compagnie aérienne locale, C.A.F.A.T. caisse d'allocations familiales et d'aide aux travailleurs - C.P.S. : commission du pacifique sud (aides techniques diverses ) - R.F.O. radio France outre-mer - S.L.N. : société le nickel - S.M.S.P. : société minière sud pacifique (gérée par des indépendantistes ). syndicats : U.S.T.K.E. : union des syndicats des travailleurs kanaks et exploités - F.L.N.K.S. : front de libération nationale kanak et socialiste - F.U.L.K. : front uni de libération kanak - L.K.S. : parti de libération kanak socialiste - PA.LI.KA. : parti de libération kanak - U.C. : union calédonienne (parti indépendantiste) - U.P.M. : union progressiste mélanésienne ( parti indépendantiste) - R.P.C.R. : rassemblement pour la Calédonie dans la république française,


Société.
Chômage le taux "fatidique" d'outremer en général, avoisine les 20 %.

le SMIG est maintenant de 100,000 CFP, (838 euros). 2003. La revue GEO divise par 1,5 en raison du haut niveau des prix, ce qui donnerait un équivalent (très approximatif) de 560 euros.

Tous nos pays d'Outre mer appliquent à peu près la même somme pour le SMIG.

Coût de la vie. On avait l'habitude de multiplier par deux par rapport à la métropole, mais en ne prenant en compte que certaines dépenses quotidiennes. Selon l'office du tourisme, le coût de la vie est celui de Paris, et annonce un coût multiplié par 1,5. Quelle est la base d'appréciation ?  les frais pour l'habillement sont réduits au minimum (on est au pays de la  claquette !), même si l'on voit apparaître des bottes et de la fourrure à la saison fraîche pour faire chic (c'est risible mais je l'ai vu). Rien ou presque pour le chauffage, des impôts encore "légers", lorsqu'ils existent (pas en Polynésie). L'essence est un peu moins chère, il n'y a guère d'occasion de dépenser l'argent (pas de vacances en général, pas de réelles tentations..). Comme partout, le problème est celui du coût du logement.
Le coût élevé de la vie, commun à tous nos territoires d'outre-mer en général, provient en partie du niveau des salaires des fonctionnaires (appliqué aux locaux..), d'une situation économique artificielle et très politisée, du coût des importations diverses, de la faible valeur des exportations ou des relativement faibles retombées locales de ces exportations (nickel). Il existe une grave disparité entre salaire des fonctionnaires et assimilés et ceux du privé. Même si certains personnels du privé ont un salaire "intermédiaire" afin de réduire l'anomalie.

Il faut savoir que les fonctionnaires métropolitains ne sont pas les seuls concernés, car tous les fonctionnaires locaux, qui sont chez eux, bénéficient du "doublement" (+ 75% !!  ainsi que du même droit à un aller retour avion payé tous les trois ans vers la métropole. Et comme ces pays s'émancipent, possèdent une jeunesse instruite, parfois de haut niveau (études supérieures en métropole), l'appel aux fonctionnaires "externes" se raréfie, rendant la situation assez cocasse. Pas vraiment pour les non nantis et bien moins chanceux employés du privé qui, même en habitant Rivière Salée dans je ne sais quelle condition, n'ont pas la vie facile.

La même bizarrerie "du doublement du salaire" (en réalité 75 % de majoration) faisait que d'heureux fonctionnaires retraités vivaient 6 mois en France et six mois en Polynésie, Calédonie et autres. Il s'agit en réalité de choix personnels, car la règle est la suivante, ainsi que M. Richard, retraité, le rappelle; je cite : "Depuis 1996 le fonctionnaire retraité a une obligation de durée de résidence minimum en Nouvelle Calédonie de 2 ans pour percevoir la majoration de 75% de sa pension. Certes il commence à percevoir cette majoration, avec rappel, à l'issue du 7ème mois de résidence, mais s'il quitte définitivement la Nouvelle Calédonie avant le terme des deux ans de résidence minimum exigés, il doit rembourser l'ensemble des majorations perçues à la trésorerie".

A qualification égale, la main d'œuvre locale est prioritaire.



19/10/2012 La Tribune. Selon une étude publiée vendredi, Les prix à la consommation 34% plus élevés en Nouvelle-Calédonie qu'en métropole. L'écart attendrait même près de 90% pour les produits alimentaires. Le salaire minimum, lui, y serait de 30% inférieur.

Cette étude intervient alors que la vie chère est plus que jamais au centre des préoccupations quotidiennes des habitants de Nouvelle-Calédonie, où pas moins de 53.000 personnes vivent sous le seuil de pauvreté. En début de semaine, une intersyndicale qui dénonce ces tarifs élevés a réclamé une réforme globale de l'économie de Nouvelle-Calédonie. Et a notamment fustigé l'immobilisme des élus locaux et la puissance des lobbys de la grande distribution, du commerce de détail ou des banques. Et ce, sachant que la loi Lurel contre la vie chère outre-mer, adoptée la semaine dernière à l'Assemblée nationale, ne s'applique pas à la Nouvelle-Calédonie, territoire très autonome, directement compétent sur ces questions.

"Les Nouvelles calédoniennes" décembre 2004 : "l'association des français résidents (métropolitains) proteste contre les discriminations dont ils sont victimes depuis la loi sur la priorité à l'emploi local précisant qu'à compétence équivalente, un emploi est attribué en priorité à un calédonien (c'est pareil en Polynésie) ; cette discrimination porte non seulement sur les emplois, mais aussi sur le droit de vote. Ils se plaignent également d'être la cible de propos xénophobes et que le climat relationnel se dégrade". Selon un contact, "c'est la chasse aux zoreilles (métropolitains), dès qu'un patron embauche un métropolitain (métro) c'est grève sur grève". Seuls ceux qui possèdent une spécialité recherchée ou qui s'installent à leur compte peuvent espérer travailler si ils viennent sans contrat de travail.



Politique 

Nouvelle Calédonie. Ce "Pays d'Outre-mer" (ex TOM, Territoire d'Outre Mer), est une "Collectivité d'Outre-Mer" française qui dispose d'une large autonomie. Divisée en trois provinces, dont une pour les îles de l'est (Ouvéa, Tiga, Lifou et Maré), son Gouvernement, élu par le congrès, comprend un Président du Gouvernement, un Vice Président et 9 membres, chacun responsable d'un pôle de compétence.
Le Congrès (54 membres),
réunit une partie des membres des trois Assemblées des Provinces. Le Sénat coutumier, le Conseil économique et social.
Le Sénat Coutumier est l’assemblée des différents conseils coutumiers du pays kanak, il est saisi des projets et propositions de loi du pays ou de délibération relatifs à l’identité kanak. Le Sénat Coutumier est composé de seize membres désignés par chaque conseil coutumier, selon les usages reconnus par la coutume à raison de deux représentants par aire coutumière. Dans sa fonction consultative, le Sénat Coutumier est obligatoirement interrogé sur les projets de délibérations de la Nouvelle-Calédonie ou d’une Province « intéressant l’identité kanak », au sens de l’Accord de Nouméa. Le pays comprend un très grand nombre d'aires coutumières et de langues associées, dont voici les plus importantes en population : Drehu (Lifou),  Nengone (Maré)  pour les îles et Paicî,  Ajië, Xârâcùù recouvrant en gros le tiers de la Grande terre situé au centre. Citons encore Numèè pour l'aire de Nouméa et la pointe sud,  Fagauvea et Iaai pour Ouvéa et  Kwênyii pour l'Ile des Pin).

Un Délégué du gouvernement français qui représente l'Etat, siège au Haut Commissariat. Sont conservés par la France : relations extérieures, immigration, monnaie et change, défense, justice, fonction publique, ordre et sécurité publique, enseignement du second degré et supérieur, recherche. Le haut commissaire est appelé "haussaire".


Evolution du statut de la Nouvelle Calédonie. Les accords de Matignon ont été signés en juin 1988 et depuis, le rêve de la "Kanakie" s'estenvolé. confirmés en 1998, ils prévoient un vote sur la question de l'indépendance. Entre 2013 et 2018 interviendra la consultation pour l'autonomie totale. A la veille du congrès de l’UC, Pascal Naouna affirme que l’idée d’indépendance pure et simple évolue petit à petit vers l’idée d’un Etat associé à la France, pour tenir compte des réalités de la situation.
Début 2007 ; Le président Jacques Chirac propose de préciser (ou rappeler) les modalités pratiques du vote dur l'indépendance, à savoir les conditions de participation au vote, qui prévoient une ancienneté d'au moins 10 ans sur le territoire. Cette mesure, destinée à inclure de nouveaux arrivants afin d'affaiblir semble-t-il le pouvoir des indépendantistes kanaks, est contestée. Certains disent qu'il s'agissait des 10 années d'ancienneté avant 1998, et non de 10 années glissantes (les 10 dernières années au moment du vote). J'ai connu une calédonienne de souche, qui a toute sa famille sur le territoire, et qui n'a pas été admise à voter en 1998 parce qu'elle était partie deux ans en Martinique !
février 2011. Chute du gouvernement collégial sur le thème du drapeau représentatif de la collectivité, français ou kanak ! La ministre d'Outre-mer, Marie-Luce-Penchard, considère que de nouvelles élections ne sont pas nécessaires.


Entre 8 000 et 12 000 personnes : la rue déclare la guerre à la vie chère. +5,3 % pour l’électricité au mois de février (2006).

 Pacifique. 12/08/2004: l'Australie intervient pour rétablir l'ordre en Papouasie Nouvelle-Guinée (AFP) - L'Australie se lance dans une nouvelle intervention dans le Pacifique pour ramener l'ordre en Papouasie-Nouvelle-Guinée, un des endroits les plus dangereux du monde.

Les ressortissants des Collectivités Territoriales ou Pays d' Outre-mer votent pour élire le Président de la République, au même titre que les départements d'Outre-mer. Pour le premier tour du 22 avril 2007, voici le nombre des votants pour la Nouvelle Calédonie et la Polynésie : exemple : Nouvelle Calédonie,  inscrits 146 068, votants 91596, abstentions 37.29 %   -  Polynésie, inscrits 167593, votants 115 843, abstentions 30.88 %. En métropole, le taux de participation a approché les 85 %, un taux également exceptionnel.

Election de M Nicolas Sarkozy : Nouvelle Calédonie,  inscrits 146 037, abstentions 31.88 %   -  Polynésie, inscrits 167 274,  abstentions 25.19 %.  Sur un total de 44 472 363 inscrits, il y en a 1 558 032 en Outremer et 521 919 à l'étranger.

Elections législatives 2007.   22 sièges de députés sur les 577 sont attribués à l'outre-mer. Il y en a 2 pour la Nouvelle Calédonie (Iles Loyautés et Grande Terre) et 2 pour la Polynésie (Est et Ouest). Tous sont UMP. Des tensions subsistent.



Le Nickel. Le coût des matières premières bouscule le paysage international. Ce qui n'était pas rentable le devient.

Projet d'usine métallurgique est en gestation en région Nord (info 2003). Il a été initié par le  général De Gaulle qui avait souhaité un rééquilibrage entre nord et sud de la Nouvelle Calédonie. Resté longtemps en suspens, il fut repris par les accords de Bercy
2005 (Le Figaro économie, 23 12)  : communiqué de ERAMET "les accords de Bercy (1998) prévoyaient un rééquilibrage économique avec l'attribution du riche massif minier de Koniambo à SMSP et Falconbridge, laquelle devait construire une usine de 50.000 tonnes de nickel en Province nord avant le 1er janvier 2006 (dévouée aux Kanaks). Falconbridge est très ambigu et rien n'est encore décidé ; il semble bien que cette société tente d'obtenir le transfert du massif sans contrepartie véritable, et arguant de la construction d'une usine d'Inco dans le sud.., Inco devenant son probable actionnaire de demain. L'Etat français a tenu ses engagements, et même au-delà. Une fois de plus, nous avons payé "la mise à niveau".

2005 (Le Figaro économie, 24 12) La SMSP, société minière du Sud-Pacifique gérée par les indépendantistes, vient de prendre la décision "irrévocable" de construire une usine dans la province Nord, avec le Canadien Falconbridge, comme le prévoient les accords de Bercy. Cet accord déclanche la fureur d'Eramet, groupe français, qui perd ainsi le massif.
Décision finale. Le tribunal de grande instance de Paris a tranché : Falconbridge est retenu par la SMSP. Le Nord a ainsi son industrie minière. L'état français a tenu parole et se dit satisfait d'en avoir gardé le contrôle; les sociétés Canadiennes ont leur massif minier, le Nord est rééquilibré au profit des Kanaks, en boutant la coloniale ERAMET. Reste que la société canadienne du sud emploie des ouvriers étrangers à bas salaire. Ce n'est peut-être pas la fin du conflit.
Cerise sur le gâteau (c'est le mot juste), une société américaine ayant fait fortune avec l'envolée du cours du cuivre, pourrait bien rafler le tout. Aucun problème je suppose, on aime les américains là-bas.

Note "écologique": l'extraction du minerai, utilisé également pour les piles et batteries, "menace le sud de la Nouvelle Calédonie car elle nécessite l'injection d'acide sous pression qui pourrait perturber l'atmosphère, le lagon et la pêche".
Les "fabuleuses" normes de sécurité ont été prise en défaut dès le début, avec la fuite de produits dans une rivière. Ajoutons qu'un Tube" déverse des effluents dans le Lagon Sud, lequel est en grande partie protégé et classé .. Comme dit un "anglais "on croit rêver" (les accords signés par la France interdisent tout rejet dans la mer .. détail d'importance, pas dans le lagon !!).

Le nickel dans le monde.  La Nouvelle-Calédonie détient 30 % des ressources en minerai de nickel, le reste est réparti dans le monde. La principale spécificité du marché du nickel réside dans sa grande concentration : sept sociétés multinationales fournissent plus des deux tiers des besoins mondiaux. Le reste est concentré dans les mains d’une trentaine d’entreprises de taille plus réduite. Cette concentration au niveau de la production se retrouve tout au long de la chaîne commerciale (extraction, concentration, traitement...). Elle traduit non pas la difficulté à produire ce métal mais la volatilité de son cours qui rend le retour sur investissement difficile à prévoir pour un non-spécialiste du nickel.



ressources. Contribution de l'Etat français (2012). L'Etat a verse 166,7 milliards de CFP en 2012, à raison de 80 milliards CFP pour le compte de ses compétences "régaliennes" (armée, police, justice, mais aussi celles qu'il n'assume plus (transférées), dont l'enseignement supérieur, transport public.. soit 59 milliards, des aides aux communes, pour 11,8 milliards CFP, mais également les provinces, 15,6 milliards CFP. Ce qui fait parfois dire, "l'Etat français paye, les Calédoniens décident". On ne sait pas ce qu'a rapporté le pays avec le nickel, mais actuellement en 2016 avec l'effondrement des cours, L'Etat "soutient" ce secteur industriel en péril.

L'agriculture (cultures vivrières: manioc, céréales, igname, taro, patate douce ; et cultures de plantation : cocoteraies, café, bananes ) et l'élevage (bovin, caprin et porcin ) occupent environ 28 % des actifs, mais fournissent respectivement à peine 5 % et 2 % du PNB. La Foa, près de Nouméa, produit 60% des pommes de terre du pays et 25 % des fruits.
La richesse de l'île repose avant tout sur le nickel, dont elle détient 30 % des réserves mondiales (2e producteur mondial ): 58 % du minerai est transformé en ferronickel et matte de nickel. Mines à Thio et Pin Pin avec raffinage à Doniambo, à Nouméa et à Yaté. La Grande Terre recèle également du cobalt, du chrome, du cuivre, du fer, du manganèse et de l'or. Malgré ce riche potentiel, la Nouvelle-Calédonie, avec un PIB annuel par habitant de 88 772 F [estimation 1999 ], dépend de la métropole, à laquelle est destinée la moitié des exportations. Nouméa a un aéroport, ainsi que l'île Lifou. Le tourisme qui était en expansion, stagne. On compte 5 762 km de routes, dont 52 % sont asphaltés.

© 2001 Hachette Multimédia / Hachette Livre 2/3

La crevette d'élevage. C'est le deuxième produit d'exportation après le nickel, mais très loin derrière en termes de revenus. Une pêcherie s'est installée à Koumac depuis 2001, une à Moindu (près de La Foa), dans une zone de mangrove. Du thon est également exporté, notamment en direction de l'Europe et du Japon ; l'aquaculture de la crevette est également pratiquée en région nord ; sa production est exportée vers les mêmes marchés.

Tourisme. Note 2001 : depuis quelques années, le nombre de touristes baisserait régulièrement :insuffisance de la desserte aérienne et aussicoût de la vie. Les problèmes de la companie d'aviation AOM et la destruction des tours jumelles (twins)à New york du 11 septembre ontconsidérablement aggravé cette situation. Selon Le directeur de la chaîne "Grands Hôtels",  "80% de la clientèle serait des "affiliés", métropolitains liés aux expatriés, ou aux caldoches". On recherche à capter les japonais, australiens, néo-zélandais. Touristes : une centaine de milliers par an (source 2007). Le tourisme se ressent du coût élevé du territoire ; ne dit-on pas que l'aéroport internationallui-même, est un des plus chers ?



Les nouvelles décembre 2004  L'euro dans le pacifique selon "Les Nouvelles Calédoniennes" : L’euro en 2007 Si un consensus en faveur de l’adoption de l’euro venait à se dégager ; l’Etat français se dit aujourd’hui disposé à abandonner le privilège qui l’autorise à pouvoir encore battre monnaie.
En Polynésie Française, après y avoir été opposé par crainte de voir Bruxelles imposer à son territoire une trop grande rigueur économique, Gaston Flosse, rassuré sur ce point, est aujourd’hui favorable à l’euro. Oscar Temaru n’y est pas opposé non plus. Il y voit la possibilité d’accroître l’autonomie monétaire de la Polynésie. A Wallis-et-Futuna, les discussions actuellement en cours entre les différents partenaires semblent également devoir dégager un large consensus en faveur du passage à l’euro.
En Nouvelle-Calédonie, les choses sont un peu moins nettes. Les partis non indépendantistes, le Rassemblement en tête, ont très clairement affiché leur désir d’abandonner le franc CFP au profit de l’euro. Ce souhait est largement repris par les milieux économiques, relayés par la Chambre de commerce et d’industrie, qui n’y voient également que des avantages. En revanche, craignant sans doute d’accentuer le rapprochement avec l’Europe, les partis indépendantistes semblent moins enthousiastes. Sans pour autant s’être farouchement déclarés hostiles à la mesure.
Beaucoup d’avantages pour peu d’inconvénients (note hibis : et l'inflation qui nous a lourdement pénalisés dont "le commerce" profite à chaque occasion ? )
  Sur le long terme, l’introduction de la monnaie unique européenne serait susceptible d’avoir des effets plutôt positifs sur l’économie calédonienne. D’abord en terme d’image et de simplification des échanges extérieurs, avec l’Europe bien entendu, mais aussi avec les Etats du Pacifique plus enclins à accepter l’euro que le CFP.
Autre intérêt, la simplification des tenues de comptes pour les filiales de sociétés métropolitaines et très certainement un effet bénéfique sur l’inflation puisque la politique monétaire appliquée sera celle de la Banque Européenne.
Sans effet dans le domaine bancaire et financier puisque les collectivités françaises du Pacifique ont déjà adopté l’essentiel des normes européennes, ni susceptible de modifier leurs compétences fiscales et budgétaires, le passage à l’euro ne présenterait en fait que des inconvénients limités.
Ainsi, l’Institut d’Emission d’outre-mer devra renoncer au privilège de l’émission monétaire et au système du réescompte. Ce système permet actuellement à un millier d’entreprises calédoniennes de bénéficier de taux de crédit très avantageux.
Ce handicap pourrait néanmoins être en partie compensé par la convergence avec les taux de crédit pratiqués en Europe et de meilleures offres des banques de la place qui verront pour leur part leurs charges diminuer par l’allègement de leurs réserves obligatoires.

  sommaire hibis Iles et lagons

C'est la vie (du vécu) Des mots (vocabulaire local) Le marché (Nouméa) - Curios - Prix - Economie et politique
 

hibis Iles et lagons           sommaire et pages similaires 

 

 

hibis curiosités culturelles   Architecture, arts, techniques -  Drôle et bizarre - Amours de toilettes -  Physique quotidienne - Le monde et la vie - Electricité,  magnétisme - Ecologie..

 

hibis Idées-solutions quotidiennes   Cuisine (lieu) - Electroménager - Hygiène, soins -  Bricolage (collage, peinture, réparations, électricité) - Jardin - Audio-vidéo, PC - Anglais-français..