hibis  "trois sites"



hibis, rien que
la réalité

hibis   Iles et Lagons, Vie du Pacifique ///
  •  sommaire par thème
    • Océanie - continent, possessions (terres et mers), origine des peuples
    • Iles et lagons - découverte des pays, paysages, urbanisation.. :  Nouvelle Calédonie et    Polynésie (partie)
    • Vie locale - les peuples, culture, fêtes - faits divers, témoignage - tribus..
      - dossier "évènements" (Nv.Calédonie, connaître le contexte)
    • Vie pratique - renseignements, risques et dangers
      - faits divers, économie, gouvernement, politique - des mots (vocabulaire, compléments..)
    • Le lagon - formation, espace marin, passes, dangers..
      - vie du lagon (coraux, poissons et autres..)
    • Surprenante vie océanique - d'extraordinaires aptitudes, sinon étranges.
  •  sommaire global
email         mise à jour/rubriques du site

Polynésie - de petites îles, découverte.       
English

hibis, c'est la vie et la réalité du pays, pour mieux le connaître, et le comprendre. Les hôtels, restaurants, transports ou horaires n'y figurent pas.



manureva, "l'oiseau du voyage" : l'avion !     Aita pea pea, "profite de l'instant présent"    maeva, "bienvenue"

Le drapeau de l'indépendance peut flotter ça et là (ci-dessus, blanc avec deux bandes bleu lagon)

Dans toutes les cosmogonies du monde, la mer a existé dès le premier jour.  Dans la mythologie Maohi, les îles de Polynésie seraient dues à la pêche miraculeuse du dieu Maui qui sortit ces gros poissons de l'eau.  Car la Polynésie formait alors un banc de poissons au fond de la mer.  Le dieu Maui lança sa ligne et se mit à chanter pour donner du pouvoir à son hameçon. Il pêcha ainsi de nombreuses îles et quand le grand poisson Tahiti vint à la surface, ses frères s'éveillèrent et crièrent "Ô Maui ! Ô Maui ! ce n'est pas un poisson, c'est une île !".

Cependant, Bora Bora se présente en concurrente avec la particularité d'avoir été, pour d'autres populations, la première île ! 




La "Polynésie" (signifiant îles nombreuses), a été peuplée par les Ma'ohi.


Les Polynésiens accueillent leurs visiteurs chaleureusement en leur souhaitant la bienvenue : Ia Orana, Maeva ou Manava.

Le "marae" est un site ancestral religieux sacré, désormais touristique.. .voir suite Polynésie 2..

photo agenda
On y pratiquait aussi quelques sacrifices humains..
"penu" : ici pilon ancien de basalte, aujourd'hui objet de décoration. Possède souvent une poignée en forme de T.

Les danses tahitiennes, que les premiers visiteurs avaient trouvées si lascives, furent interdites en 1820 sous la pression des missions religieuses. Elles revivent dans les années 50 dans le cadre de la renaissance identitaire polynésienne, mais aussi pour répondre à la demande des grands hôtels dont les clients aiment beaucoup les ballets tahitiens.


"Tiki" (Marquises)

Les danses polynésiennes ne sont pas toutes des "tamuré" ! Elles sont encore très traditionnelles et exigeantes dans le geste. Elles expriment la vie : travail (pêche, récolte), fêtes (mariage, décès), désastres et famines (cyclones), tristesse des départs. Nous, nous n'y voyons qu'un beau spectacle.

  
voir "colliers de Polynésie"


Les perles dites "noires", le plus souvent aux reflets gris métal, mais si chères..


Tahiti est découverte en 1767 par Samuel Wallis. En 1842, "les îles" passent sous protectorat français et un statut d'autonomie interne leur est accordé, avec un Gouvernement, un Président, une assemblée territoriale.


Depuis Janvier 2004, l'autonomie du territoire s'est élargie, et c'est devenu un "Pays d'Outre-mer", POM, dirigé par le Président de la Polynésie et un gouvernement de 9 ministres. L' Assemblée de Polynésie a 57 membres. Le pays est subdivisé en municipalités, dirigées par un maire. C'était antérieurement un Territoire d'Outre-mer T.O.M)C'est un pas de plus vers l'indépendance, mais la France y conserve son influence et certains droits. voir économie pour un peu plus d'informations et quelque 'actualité importante.

L'huile de "monoi" semble être bénéfique à cette charmante personne.

Mais il y a monoi et monoi :

Peuplement de la Polynésie,  voir "Océanie"

La Polynésie française comprend 5 archipels totalisant 118 îles et atolls, avec une surface émergée de 4 000 km2, comprenant les îles de la Société, Tuamotu, Marquises, Australes, Gambier, atoll de Clipperton.L'ensemble couvre une surface d'océan de 4.700.000 km2.
Les espaces maritimes associés confèrent à la France le deuxième espace maritime du monde. 

CARTE : au-dessous du trait jaune, îles de la Société, avec Tahiti (océan Atlantique, bas à droite). Au-dessus du trait, atolls des Tuamotu; plus haut, Marquises.

Les goélettes. Ce nom désigne encore les bateaux qui desservent les îles, bien qu'il s'agisse de caboteurs motorisés, lesquels apportent encore l'essentiel des biens lourds et encombrants.

Vagues se brisant sur un récif corallien. Les marées y sont bien moins fortes qu'en France, mais la bande de terre très basse ne peut rien contre la puissance de l'océan lors des dépressions cycloniques. A l'intérieur, l'eau est généralement calme, mais peut devenir agitée dans les grands lagons comme celui de Rangiroa, ci-dessous. Attention aux apparences, près des passes, où l'eau se renouvelle au rythme des marées. Les courants y sont  irrésistibles, rejetant aisément bateaux et plongeurs vers le tombant, côté océan (le plus foncé au-dessous, à droite). Voir aussi risques et dangers


Formation des lagons
Le lagon est une cuvette d'eau peu profonde contenue entre la côte et le récif barrière qui en constitue le bord.
Cette cuvette s'est formée au cours de millions d'années par l'enfoncement de la plaque océanique (subduction), et par la croissance équivalente des madrépores luttant pour leur survie. Une aussi longue période a vu également les mers et océans monter et descendre, dont "récemment" ces derniers 115.000/11.000 ans (début/fin de glaciation) Voir évolution des glaces.

Ces madrépores bordaient à l'origine la côte (récifs dit frangeant). Ces récifs frangeant sont donc devenus récifs barrière, la mer envahissant un espace créé par la disparition progressive de l'île. Le lagon s'élargit donc, mais l'emplacement des madrépores est immuable, ce qui permet de connaître la taille de l'île à son origine (celle du récif).

La particularité des îles d'une partie du Pacifique est d'être d'origine volcanique, et crées par "un point chaud" de la terre qui est fixe (remontée de laves), alors que la plaque océanique dérive en direction du nord-ouest (le trait tracé). Une île est ainsi créée de temps à autre, et toutes les "remontées" ne parviennent pas à la surface. Les îles récentes sont au sud-est avec très peu ou pas du tout de lagon, les plus anciennes au nord-ouest, avec les plus grands lagons, et donc peu ou plus d'île ! (cas des atolls des Tuamotu) Les îles Hawaii suivent le même processus. Je dis suivent car cela continue de nos jours, bien entendu.

Raïatea (ancienne Havai) est la plus peuplée. Elle possède le plus grand lagon de l'archipel de la Société, bien que Bora Bora dispose également d'un beau plan d'eau, le plus large, quoique très ensablé, dû à ses vénérables 3 millions d'années (impressionnant, mais en fait très récent à l'échelle géologique !). Raïatea est avant tout un centre nautique.

Pour les Polynésiens, Raïatea est dite "la sacrée" en raison du dieu Hiro.

Huahiné, plus authentique paraît-il, seraient les premières îles d'installation des peuples venus de l'ouest (Malaisie), d'où ils auraient conquis le reste du Pacifique ; d'autre sources (européennes) situent ce point aux Marquises, bien que cela soit très éloigné des flux d'origine.

Ces îles étaient épargnées jusqu'à présent, mais les premiers grands hôtels avec bungalows sur pilotis se sont installés sur les deux en 2003.
Bill Gate a acquis quelques bungalows à  (Raïatea) ...

reportage TV5. Une des îles n'est pas comme les autres: Makatea. Ce n'est pas un atoll et il n'y a pas de vieux volcan; c'est un plateau calcaire à falaises abruptes où l'on extrayait autrefois les nitrates pour les exporter.



La Polynésie regroupe 20 % des atolls et lagons du monde.
Les plus grands lagons correspondent aux plus petits reliquats de volcans, jusqu'à leur disparition complète lorsque le tout devient atoll.


Tahiti, qui est une des îles les plus récentes, avec Morea, n'a pratiquement pas de lagon car le récif est très proche et court.
Aucune des ces îles n'a de magma (point chaud) au-dessous pour surélever le fond océanique et elles s'enfoncent lentement avec leur plaque océanique qui avancevers le nord ouest.


A l'époque de Pierre Loti, il fallait trois mois pour y parvenir en partant d'Europe.
Les lagons et leurs récifs furent tout d'abord ignorés, représentant surtout un réel danger pour les navigateurs. La mer et la baignade n'étant pas encore à la mode, "on tournait plutôt le dos à la mer".
Aujourd'hui, les grands hôtels ne s'ouvrent que sur les lagons, créant ou plutôt recréant ce paradis artificiel qu'attendent les touristes, bien préservés des réels problèmes du pays, des bidonville et zones industrielles de Papeete.
La photo ci-contre montre le cas particulier de l'île double de Raïatea, et son lagon, vu ici ente les deux rives, avec un îlot (motu).
 Morea (*) est actuellement l'île refuge de Tahiti qui n'offre plus ce que l'on attendrait d'elle. Et ce sont avant tout les autochtones aux ressources modestes qui en sont les premières victimes. Beaucoup de monde semble vouloir y aller, fuyant la vie urbanisée et les embouteillages (si!) de Papeete ! C'est bien dommage car bien que sans réelles belles plages proches, Tahiti est intéressante à bien des égards, par la variété et la richessede ses côtes, par sa fabuleuse montagne, ses rivières, ses bains, ses cascadess. Tahiti Iti, la petite presqu'île du bout, demeure partiellement préservée, sans routes.

 (*) je cite "avec ses sublimes plages, ses cascades, ses rivières, Morea ressemble à un jardin préservé pour un temps", car Papeete et tous ses services, est à deux pas. Le gouvernement prend conscience des risques.



Ils ont cultivé la terre, exploité le coprah et élevé ces petits cochons noirs que l'on voit dans toutes les iles, mais la mer est restée leur domaine. La navigation au large leur a permis de rejoindre d'autres iles, de maintenir un contact pour rompre l'isolement, d'y pratiquer quelques échanges et de varier la descendance, problème des trop petites communautés. Leur culture et leur unité s'est ainsi maintenue au cours des siècles, bien qu'ils aient férocement guerroyé comme partout.

Va'a     De leurs ancêtres, ce peuple a conservé la passion de la mer et la pratique ancestrale de la pirogue, devenue le sport-roi de tous les archipels, Le Hawaiki Nui Va'a.

Nature Polynésienne

Le terrible coup de "fiu" ("fiou") polynésien : "Tu te réveilles un matin, tu n'as plus le goût à rien". Et encore moins d'aller travailler..    Toute une population peut être décimée par ce fléau... On ne se torture pas trop non plus là bas : des renseignements simples en apparence peuvent être difficile à obtenir : "on ne sait pas", ce qui demande, d'après les vétérans "métros" une certaine et parfois difficile adaptation.

Les Polynésiens adorent les fêtes.
Arrivées et surtout départs sont l'occasion de jolies et émouvantes cérémonies. Connaissez vous le chant du départ ? il a été parodié sous le titre de "motogodille" par Antoine, mais mieux vaut l'original. La vie reprend vite le dessus et l'on oublie.

 

La société Polynésienne, hiérarchisée et bardée de tabous (tabu) fascine et intrigue, avec ses rituels, ses sacrifices humains, ses pêches communautaires, ses guerres tribales, féroces, ses percussions envoûtantes, ses danses sacrées et ses banquets qui durent des semaines". Revue Geo, janvier 2003.

La culture polynésienne trouve son unité dans l'habitat, les habitudes alimentaires, les bateaux à double coque et à balancier, la navigation, la pêche collective, les fleurs et coquillages assemblés, les fêtes et danses, les légendes et les dieux.




  société, culture, population


hibis  Iles et lagons       retour au début de page