hibis  "trois sites"

hibis, rien que
la réalité

hibis       Idées-perso.

  •  sommaire par thème
    •  Maison ustensiles/matériels de cuisine, usage, hygiène et santé, rangement, voyages, déco..
    •  Environnement maison voiture, vélo, chiens/chats, bâtiment, jardin..
    •  Bricolo Peindre, collages, se dépanner (dont électricité), travaux courants, fixer, démonter, restaurer..
    •  Technique PC-Windows et environnement, pixels - Photo - Electricité pratique (compréhension), électromagnétisme, moteurs spécifiques..
  • sommaire global

email         mise à jour/rubriques du site   

ou,   global "bricolo"

English

Cette page: techniques et outillage de base.     (bas)

Outillage, pratique, savoir.  Le manche.

- Scier.
 - Percer, clouer.
 - Percer, visser.
- Outillage. quelques petits outils de base pour bricolages fins).


La mention "fabrication" indique qu'il faut être bon bricoleur sur bois ou métal, avec quelques outils de base mais sans souder.

Le manche.
Le manche fait partie de l'outil. C'est lui qui lui assure son meilleur usage. Précision, efficacité sans trop de peine. Les outils anciens avaient de bons manches, ergonomiques avant l'heure pour faciliter la tâche et soulager la peine. Alors, lorsque vous devez peindre, brosser ou jardiner, pensez au manche. Un aimant au bout d'un manche rend la recherche de la vis et des aiguilles plus aisée. Le manche doit avoir la bonne longueur, le bon diamètre pour sa main et ne pas glisser. La prise à deux mains doit être privilégiée, y compris pour peindre sur de grandes surfaces. Une "boule" à l'extrémité, un revêtement agrippant (caoutchouc de chambre à air de vélo, grip de raquette de tennis), sont susceptibles de rendre le travail moins fatiguant et donc plus efficace.


Scier

Scier à 45° ou tout autre angle. Pour mieux scier une pièce de bois très épais en guidant la scie dans une boite à onglet, couper le fer de renfort: vous l'enlèverez au moment voulu (photo).
Les outils bon marché ne donnant guère satisfaction, je propose deux fabrications pour scier des bois d'encadrement, tasseaux etc. La plus facile utilise un guide de perçage vertical de marque Wolfcraft, que j'ai adapté. Pour la deuxième, plus minutieuse, il faut confectionner un bloc de bois à l'angle voulu (généralement 45°). Dans les deux cas, l'on doit confectionner également un ressort très particulier à partir d'un fil d'acier (j'ai pris une ancienne baleine de grand parasol mais on doit pouvoir trouver autre chose comme les cerclages d'enjoliveurs voiture ou de l'acier dit à piano. en savoir plus "fabrication" Découpage d'un bord de planche. Pour laisser passer un tuyau. Si l'on ne dispose pas de scie sauteuse, ou si elle n'est pas facile à utiliser, faire des traits de scies perpendiculaires au bord de la planche, suffisamment rapprochés. On fait varier la profondeur de chaque trait pour suivre le tracé demi rond de l'encastrement du tuyau. On obtient donc des dents de peigne qui peuvent être cassées facilement; Finir à la lime pour lisser. Découper au milieu d'une planche. Il faut avoir recours à une perceuse ou à un outil de petit diamètre composé d'une vrille et d'une lime à bois ronde très agressive. Tracer le rond ou la forme à découper; pratiquer des trous successifs à l'intérieur du trait,  suffisamment rapprochés pour pouvoir casser le morceau avec une pince. On peut aussi couper le bois entre les trous avec un ciseau à bois. Finir à la lime comme ci-dessus.


La scie japonaise.  C'est la meilleure des scies, chère, et maintenant copiée par d'autres fabricants pour les plus grosses tailles de dentss. Les dents trapézoïdales sont des rasoirs, acérés sur trois faces. On en reste sans voix et c'est le mot car les dents sont droites ! donc pas de dents tordue côté gauche et droite pour créer un espace plus large que la scie elle-même, ce que l'on appelle "la voie" de la scie. Seule la taille opposée de chaque dent trace son trait de scie, qui est de la largeur de la lame. La scie japonaise fonctionne en tirant, avec un manche de sabre de Samouraï pour certaines. Certains modèles - très fragiles - peuvent ne pas dépasser 0,6 mm d'épaisseur. Photo : dents agrandies, contours colorés pour mieux visualiser les dents. Espace réel entre dents de moins d'un millimètre pour celle-ci !  Importateur très sérieux : Etablissements Bordet (vente par correspondance)


Percer, clouer

On a souvent besoin de faire un petit trou ou un avant-trou; pour le métal épais, pas d'autre solution que la perceuse et ses forêts (HSS ou équivalent de préférence). Pour la tôle fine (boite conserve), le bois, plastique, cuir et tous matériaux mous, une petite vrille à main fera l'affaire (se vendent souvent par lots). Une pointe de ciseaux dépanne bien et fait parfois mieux.
Clouer1/ Ne pas fendre le bois. Taper sur la pointe pour l'émousser. 2/ Renforcer la résistance à l'arrachement. Clouer en biais dans le bois 3/ Enfoncer la tête du clou. La tête du clou ne doit pas dépasser du bois et il faut l'enfoncer en tapant avec une tige d'un diamètre égal ou inférieur à la tête. Maintenir un petit clou. Le piquer dans une languette de carton épais, tel que pot de yaourt.. On peut aussi tenir le clou entre le majeur et l'index au lieu du pouce et l'index. très utile dans un angle et tout espace où l'on ne peut placer la main et le marteau à la fois. frappez juste !  il existe des guides magnétiques pour clous, assez pratiques


Clous et pointes. Il est bon se savoir que les clous peuvent être avec ou sans tête. En fait, les clous sans tête possèdent tout de même une légère protubérance afin de retenir un peu le bois que l'on fixe. Les clous "sans tête" assurent la discrétion du travail car ils s'enfoncent jusqu'au au ras de la surface du bois traversé et même un peu plus si l'on veut. On ne cloue pas des caisses avec, ni ce qui doit supporter un effort important car la tête passerait au travers du bois. Pour les efforts importants, les clous peuvent être carrés et torsadés ou encore posséder des "rétentions" c'est à dire des petits reliefs et autres bavures sur une partie de la tige qui accrochera ainsi mieux dans le bois.
La "pointe en acier" pénètre la maçonnerie légère (brique) mais ne rentrera pas dans du béton, pur et dur. Seuls les clous spéciaux violemment projetés par un puissant pistolet peuvent réaliser cet exploit.

Voici quelques modèles peu connus mais très utiles pour les petits travaux d'assemblage délicats ou de décoration : photo de droite, le clou de tapissier est court et possède une tête large qui coince le tissu contre le bois (ces têtes sont parfois cachées par des clous de décoration dorés à tête bombée. Ci-contre et à gauche, un modèle ancien bien effilé et à droite un modèle récent simplement biseauté à son extrémité de qualité très médiocre (il est bien moins effilé et chasse d'un côté). La qualité se perd.

photo de gauche, clous (ou pointes) en laiton - pour ne pas risquer la rouille - et à petite tête arrondie pour la discrétion et une bonne présentation. A droite, la pointe de vitrier ultra fine, sans aucune tête et en acier. Son usage est limité et elle ne retient pas bien ce que l'on fixe !  rien de plus normal puisqu'elle et destinée à être plantée dans le cadre d'une  fenêtre pour retenir la vitre. J'apprécie sa discrétion pour les encadrements, pour tenir des moulures sur une porte en attendant que la colle prenne, pour tenir des décors légers et éventuellement provisoires. On ne voit presque rien et l'extrémité qui dépasse peut être facilement cassée au ras. Autre usage pour suggérer des utilisations possibles - mais limite - renforcer deux petites pièces de plastique recollées en y plantant la pointe préalablement chauffée au travers (exemple d'une pince à cheveux). Il est tout de même préférable de percer le plastique avec une mèche miniature car le refroidissement risque de bloquer l'enfoncement trop tôt (j'ai fait moitié-moitié pour la pince à cheveux). Coller ensuite en infiltrant de la colle cyano.



Percer, Visser

Les têtes de vis à fente simple sont bien connues. Sont représentées ici les vis "cruciforme" (en croix), No 1, 2 et 3, cette dernière étant aussi à fente. Il y a des modèles différents ("Phillips" et autres), et les  tournevis ne s'y adaptent pas toujours bien à toutes. En No 4, forme à "six pans creux", qui demeure surtout pour les grosses tailles, courantes sur les bicyclettes. La forme "en étoile"  No 5 complète la collection, avec sa variante 6, comportant en plus une classique fente (fermée).  Pour les petites vis, la vis en étoile est plus sûre car la "retenue" est meilleure. Il y a aussi des triangulaires, et d'autres qui ont un têton au centre, empêchant toute introduction de tournevis. La vis indévissable est à fente mais avec deux côtés de la fente rognés si bien qu'on peut la visser mais que la retenue au dévissage est supprimée. Pour sécuriser une vis, on peut donc meuler un peu le trou. Les formes spéciales n'ont pas de tournevis dans le commerce(triangulaires, à têton..). On peut toujours essayer avec un tournevis plat normal adapté pour les formes en étoile, cruciforme, triangle, mais ce n'est pas facile ! Seule solution pour les vis récalcitrantes, percer un trou afin de faire sauter la tête, mais certaines sont en acier si dur qu'il faut les meuler (avec une perceuse miniature ou un flexible  !  voir ci-après le façonnage d'un tournevis.

Nouvelles venues, les vis à pans creux qui possèdent un téton au milieu de sorte que l'on ne puisse plus y insérer quoi que ce soit pour les dévisser ou les visser ! j'ai tenté de meuler ces tétons mais ces vis sont en acier très très dur. Finalement, j'ai fendu la pointe d'un tournevis avec une meule miniature. Ce n'est pas idéal car le tournevis ne prend que sur une petite partie des creux, mais ça a suffit.

Confronté à deux têtes de vis différentes.. Découper une bande de chambre à air de vélo ou un gros élastique et coller le comme ci-contre autour de la tige; ça tournera avec, mais c'est sans importance, votre tête de tournevis No 2 sera avec vous. Au plus simple, mais moins "technique", scotcher, ou enrouler d'un élastique. Il existe des tournevis avec réserve de tête de vis, mais bon..

 

Faire tenir la vis sur le tournevis
Il y a des tournevis spéciaux, avec pincettes, aimants, ressorts etc.. mais une bonne astuce est cent fois meilleure pour l'usage courant. Essayer de faire selon ma dernière trouvaille : coller une boulette de pâte à fixer sur le tête de vis et former un manchon qui englobe tête de vis et bout de tournevis, comme sur la photo, ou en plus généreux si cela ne gêne pas.

Il peut arriver que les différents embouts hexagonaux pour tournevis multiple, ne tiennent plus dans le logement de la rallonge, soit parce que l'aimant du fond est tombé, ou parceque le ressort à bille est inefficace. Coller au fond de la douille une boulette de pâte à fixer et les embouts tiendront en place tout en étant facile à enlever. La pâte à fixer est un produit de papeterie jaune ou blanc, présenté en carrés prédécoupés. La consistance est celle du chewing-gum, mais elle ne sèche pas et ne durcit pas.

Pointage. Le pointage marque l'endroit à percer et évite le dérapage de la mèche au démarrage (fait au pointeau et marteau).
Avant trou.
L'avant trou est exécuté avec une mèche de faible diamètre (2 à 3 mm), surtout dans un matériau dur car une grosse mèche (10/12 mm) mord moins bien au centre et dérape facilement. On peut percer ensuite deux trous définitifs de diamètres différents : celui qui traverse la partie à fixer sera de même diamètre que la vis, ou légèrement plus pour permettre un éventuel positionnement. Celui qui sera percé dans le support (matière) sera plus petit, soit le tiers ou la moitié du diamètre de la vis.


Faciliter le vissage. Pour du bois dur, et de grosses vis, il peut être utile de frotter préalablement le filetage sur du savon légèrement humide .
- Serrage entre élément à fixer et support. Leurs surfaces ne doivent pas boiter l'une sur l'autre au point de fixation, car une vis ou un clou agissent en serrant fortement deux surfaces l'une contre l'autre. Assurez vous qu'il n'y aucune bavure ni surépaisseur à la sortie des trous effectués, tant sur l'élément  à fixer que sur le support (bois, mur) et que les parties à visser plaquent bien l'une contre l'autre. Même dans ce cas, je conseille de chanfreiner les trous afin d'éviter qu'au moment du vissage un déchet, une déformation, ne vienne gêner (on chanfreine avec un forêt de gros diamètre ou en faisant tourner un outil coupant en biais sur le bord du trou.

Choix de la taille de la vis. Il dépend de plusieurs facteurs: le poids de l'élément à fixer, son porte-à-faux éventuel, c'est à dire l'effet de levier qui s'exercera (étagère murale), l'épaisseur de l'élément à fixer, la nature et la profondeur du support dans lequel la vis sera vissée. Soyez également attentif à la longueur de la partie non filetée ! il faut que le filetage se place là où il est utile : dans la cheville ou dans le matériau. Une vis trop longue verra son filetage sortir  du matériau mince ou de la cheville. Dans certains cas, il peut être intéressant de prendre une grosse vis tôle pour visser dans du bois car son filetage, quoique fin, va jusqu'à la tête de la vis. Voir aussi les vis à bois aggloméré qui ont un filetage profond et qui peuvent être filetées tout le long, comme celles pour métal.

Filetage des vis. Les vis peuvent être auto perforantes, c'est tendance. La vis à bois standard possède une tête à fente ronde ou fraisée (à encastrer) et une partie non filetée; elle est conique (va en s'amincissant vers la pointe) et son filetage est assez gros et lâche. La vis pour bois aggloméré possède une tête fraisée, à fente ou cruciforme, peut avoir une partie non filetée. Son filetage est fin et profond. On peut l'utiliser pour des bois tendres sans problème. En principe, elle ne convient pas pour les chevilles, qu'elle n'écartera pas ou mal. La vis à tôle; il y en a deux sortes : celle pour tôle fine possède une large tête à fente, cruciforme ou hexagonale, est d'un diamètre constant avec un filetage fin assez lâche et très profond. Elle peut être utile dans le cas de bois aggloméré ou détérioré, mais elle est généralement assez courte. La vis à tôle épaisse, dite Parker, possède une tête cruciforme aplatie, est cylindrique avec un filetage assez serré et peu profond. Elle sert de nos jours surtout pour le plastique et la plupart des appareils sont montés avec ce modèle. Souvent destinée à un trou existant, elle peut ne pas avoir de pointe.

Pour les usages domestiques, des diamètres de 3 à 6 mm sont usuels, pour des longueurs de 15 à 40 mm. Un "gros" diamètre de 6 avec seulement  20/ 25 mm de long doit remplacer une vis plus fine et plus longue lorsque l'on ne dispose pas de la profondeur suffisante (ajouter l'épaisseur à traverser), notamment dans du bois aggloméré (une vis courte et fine ne tiendra pas).
Un portemanteau nécessite de bonnes vis de 5 / 6 mm, assez longues, chevillées dans du plâtre plein. Pour le plâtre creux, (placo), rechercher une cheville spécialisée qui s'écartera davantage derrière le placo. Il y a chaque année des nouveautés.

Un tableau sous verre de 40/60 cm, sans lourd encadrement, tiendra avec une une vis de 2,5 à 3 mm de diamètre avec une petite cheville de 3,5 à 4 mm de diamètre. Un porte-papier hygiénique peut se contenter de vis moyennes. Au-delà, il faut faire plus solide, pour les portemanteaux, les étagères murales en porte à fauxqui sont accrochées à une bande fixée au mur (même si elles sont étroites).
Au-delà viennent les supports muraux articulés pour télé, et en record, les stores muraux dépliants d'extérieurs, avec des vis qui sont des boulons de 12 à 18 mm de diamètre. Vous ne les poserez jamais, c'est juste pour donner une idée.

Cas difficiles, avant de cheviller dans le bois, plâtre, pierre, vieux mur, poudreux ou ayant des trous existants trop grands, enduire de colle à bois l'intérieur du trou (blanche vinylique) et frotter avec un bâton ou le doigt dans l'épaisseur du trou pour faire adhérer et pénétrer. Diluer légèrement la colle pour commencer. Laisser sécher et recommencer ; cela fixe la poudre et renforce le trou. Ensuite, reboucher avec de la colle à bois mélangée à de la sciure (pour en obtenir,on scie un morceau de pin) ; peu de colle, juste pour agglomérer le bois ; autre possibilité pour remplir le trou, de la colle pour carreaux de plâtre, et même du papier d'emballage froissé imbibé de colle à bois ou de colle à carreaux de plâtre. Bien tassé dans le trou. Le séchage peut alors être long, mais vous devriez pouvoir repercer pour placer la cheville alors qu'il n'y avait plus de solution. Pour rendre service, je l'ai fait - avec succès - dans de vieux murs très friables. Un cas difficile, certes, mais qui n'est pas ma seule opération de ce genre.
TECHNIQUE DE SOUDAGE A L'ETAIN.
Pour souder des fils électriques sur des cosses de raccordement, des batteries, circuits imprimés, du fer blanc sur fer blanc (montages, maquettes) Dépannage électricité.



Outillage.

Quelques outils pour divers petits bricolages, certains peu courants. Je ne parle pas ici de série de clés de différents types, ni de tant d'autres. Il s'agit d'encourager le bricolage pour les non nuls que nous sommes tous !  Je déconseille vivement les aguichantes mallettes comprenant tout, ou prétendant le faire. Ce sont souvent des outils inutiles et bon marché. Achetez progressivement selon vos besoins du moment et examinez bien l'outil ! Le prix peut aussi renseigner
- Clés pour écrous : doivent être au vanadium, c'est à dire très plates, avec des nervures de renfort. Si possible, acheter à l'unité selon le besoin (consulter les sites d'outillage de qualité sinon professionnel, qui sont spécilisés dans certains types d'outillage, bois ou métal.. et qui ne vendent pas de tout)
- Pince : Les becs d'une pince se touchent-ils bien au bout (à voir en contre-jour), s'ouvre-t-elle sans durs mais sans jeu, est-elle bien en main pour forcer ?

Pince multiprise. Peut être maintenue en serrage par un fort élastique (chambre à vélo découpée)..

D'usage courant, elle peut abimer ; dans ce cas, mettre une épaisseur de chiffons intermédiaire. Surtout pour du sanitaire chromé !

pince demi-courbée coupante à longs becs : celle-ci a 5 cm depuis le milieu de l'axe). Becs à serrage plat et non rond. La pince universelle est plus courante mais pour les petits bricolages, un bec fort mais encore fin au bout est préférable de mon point de vue.
Une pince à becs ronds permet de plier un fil en rond (anneau etc), sans faire d'angles vifs, qu'il est presque impossiblre de rattraper ensuite sans aplatir le métal.


pince maquette coupante (bec de 3,5 cm depuis le centre de l'axe). Indispensable pour réparer un anneau de bijou, plier une tige fine(épingle..voir réparation parapluie)

 


Lime fine demi-ronde de 13 cm de longueur (sans le manche). La demi ronde est mon meilleur choix, à condition de penser à s'en servir aussi avec le dos!

Petite perceuse à main. Peu coûteuse, elle remplace avantageusement une grosse perceuse à batterie pour les trous de petit diamètre. Mini scie, mais grands services pour le bricolage. Lames vendues par paquets on change volontiers. Possibilité de lames rondes (à droite) pour carrelage, mais aussi pour découper un trou dans le bois, couper etc.
Ciseau à bois petit modèle. Outil courant mais peu utilisé en bricolage :  Utile pour rectifier ou creuser, nettoyer un angle sale. (bois, plastique), supprimer une épaisseur de colle, une excroissance etc


Marteau léger (masse de 14 cm x 7cm ). Bizarre, peu lourd, mais idéal pour un travail précis (pas question de clouer une charpente, alors..)

Des outils peu courants, mais très utiles pince Brussels (bouts très fins).
Pince hémostatique (voir les magasins de composants électroniques ou pêche, j'en ai vu une coudée). A droite,vrille de dentiste pour percer les tubes de colle, déboucher des trous très fins ou faire de petits trous (il suffit d'en demander, grosses et fines, si vous l'osez).

Etau. Voici un petit étau à ventouse équipé d'une rotule, ce qui permet d'orienter la pièce que l'on est en train de scier, limer ou meuler; ce modèle est à base triangulaire, (en vert) et la ventouse est intégrée dessous (bordure noire). Un levier (à gauche avec son ombre), permet d'actionner la ventouse. Le problème de l'étau à ventouse c'est de le faire tenir !  et ce n'est pas si évident. Voici ce que je préconise pour les petits travaux auxquels il est destiné : afin de lui assurer une souhaitable mobilité, qui permet de l'utiliser partout à sa convenance, il faut trouver une plaque de bonne dimension (20 à 30 cm de côté à titre indicatif). La plaque peut être fixée au rebord du plan de travail (table..) par un ou deux petits serre-joints. Enfin, il nécessaire de placer un anti-dérapant sous la plaque afin qu'elle résiste à la poussée.

Quelle plaque ? grand carreau bien plat, lisse et non poreux (murs de salle de bain..), planche à découper de cuisine en verre ou assimilé si elle possède une face lisse, une plaque de verre de pèse-personne (à récupérer etc), plaque de métal si possible (difficile à trouver sans trous).

Etau. A défaut d'un étau à rotule, un peu onéreux, on trouve de petits étaux bon marché qui se fixent par vis (genre serre-joint) sur le rebord d'une planche (établi, table etc). Avantage : tenus à la main, ils serviront à desserrer un écrou, un robinet etc. ils peuvent rendre service même, et

   suite possible   Démonter, reconstituer, remplacer


hibis Idées                   retour au début de page