hibis  "trois sites"

hibis, rien que
la réalité

hibis       Idées-perso.

  •  sommaire par thème
    •  Maison ustensiles/matériels de cuisine, usage, hygiène et santé, rangement, voyages, déco..
    •  Environnement maison voiture, vélo, chiens/chats, bâtiment, jardin..
    •  Bricolo Peindre, collages, se dépanner (dont électricité), travaux courants, fixer, démonter, restaurer..
    •  Technique PC-Windows et environnement, pixels - Photo - Electricité pratique (compréhension), électromagnétisme, moteurs spécifiques..
  • sommaire global

email         mise à jour/rubriques du site   

ou,   global "bricolo"

English

Cette page: Travaux de peinture  (habitation, objets, couleurs..)    (bas)

Pour commencer
pinceau ou rouleau - manches - ouvrir et fermer le pot
Surface à peindre
(support) préparation du mur, bois, fer.
Peindre propre
mettre "en attente" et nettoyer les ustensiles
Etanchéité du pot
conserver la peinture en pot, nettoyer le pot - formation de peau, filtrer
Couleurs et influence
influence des couleurs - décoration
pinceau au mètre
génial, rigolo, futile ?

"fabrication" signifie qu'il y a du façonnage basique sur bois et/ou métal, sans soudure.


Pour commencer
/// Le matériel, les choix - Pinceau, rouleau ?

pour les petites surfaces et retouches, le pinceau est pratique, mais pour des surfaces comme une étagère, un meuble, une porte, un encadrement de fenêtre et même une cloison, un petit rouleau est bien plus efficace et plus rapide (ces rouleaux "velours", font environ de 5 à 10 cm de long sur 2.5 de diamètre); Pour un encadrement de porte, prendre un manche assez long (25/30 cm) de manière à ne pas avoir à monter sur un escabeau. Pour la cloison, un tel manche vous permettra d'atteindre le haut avec seulement un escabeau de trois marches ou une solide chaise. Pour peindre un grand mur extérieur, il faut un rouleau classique (bien plus gros), mais le problème du manche demeure: Un ami qui peignait une cloison, se plaignait d'avoir mal au poignet. Je lui ai suggéré de monter un bout de manche à balai de 40 cm de long, entouré éventuellement d'un ruban "grip" comme ceux des raquettes de tennis que l'on enroule, ou encore peut-être, de guidon de vélo. Avec un tel manche, on tient le rouleau à deux mains, et il ne tourne pas entre les doigts. Il a été ravi d'utiliser une technique que l'on n'utilise que pour peindre un plafond, ou un mur très haut.

Note: l'idéal est de fabriquer vous-même le manche adéquat; Le plus simple: avec la scie pour métal, couper la tige du rouleau du commerce au ras de son manche (voir outils), puis le rallonger en l'emmanchant par exemple, dans un petit bambou. Ma solution, plus délicate: trouver une tige de fer de 4 à 4,5 cm de diamètre, tels que fers ronds dans les magasins de bricolage, mais aussi récupération (anse d'une poubelle de cuisine, d'un pot de peinture de bâtiment etc. Si le diamètre est insuffisant, il faut rajouter un tube et là intervient la deuxième récupération (tube de cartouche de stylo à bille type roller, antenne de radio à brins télescopiques etc. Il faut aussi pouvoir couder le fil de fer. Le rouleau s'emmanche en forçant un peu (il y a une sorte d'anneau à l'intérieur du rouleau à peindre, autour duquel le rouleau tourne librement. Du côté opposé au rouleau, il faut ajouter un manche: si vous n'avez rien en récupération (bout de bois rond, manche de lime, d'outil de jardin..), pensez au plastique "à modeler" (voir "réparation", élément cassé.

 - Rouleau droit ? oui et ça n'existe pas!! Pour le fer forgé, il est indispensable de se fabriquer un manche droit directement enfoncé dans un petit rouleau (avec un bâtonnet du bon diamètre). Essayer, c'est l'adopter.
Brosse plate ? on trouve des brosses plates en dimensions assorties qui sont faites également avec ces poils "velours" en réalité, elles sont plus anciennes que les petites brosses; je les utilisais avant l'apparition de ces petits rouleaux et elles conservent des avantages pour certains travaux ; elle assurent un bon rendu et sont très rapides ; elles sont parfaites pour laquer et pour les peintures "à l'eau". Maintenant, je les réserve, en toutes petites dimensions, pour le fignolage le long d'une vitre, d'une moulure etc car elles permettent de s'approcher avec une grande précision et de "tirer tout droit" sans baver.



Petit rouleau tous usages.

Rouleau droit (fer forgé, radiateurs...) peut être rotatif comme le précédent.

Ce rouleau du commerce est rallongé par un manche court qui soulage l'effort des poignets. On peint à deux mains.

Brosse à poils très fins; convient bien pour laquer (permet de bien suivre un bord); à utiliser en petite surface, car le rouleau est  préférable
Le manche. le manche vaut à lui seul un chapitre. Bien souvent négligé, il permet d'actionner l'outil, lui conférant efficacité, et limitant la peine. Le manche est partie intégrante de l'outil. Si vous aimez les outils munis de beaux manches d'une époque révolue, allez "aux puces", dans les musées et autres expositions. Les outils anciens avaient de bons manches, ergonomiques avant l'heure pour faciliter la tâche et soulager la peine. Le manche est utilisé pour rallonger et assurer la prise.. ici, d'un rouleau à peinture. Le manche doit avoir la bonne longueur et une bonne prise en main pour ne pas tourner ou filer.

Pour améliorer la tenue en main d'un manche d'un rouleau, on peut y ajouter une boule, un revêtement agrippant, ou l'allonger. Revêtement; ce peut être un caoutchouc de chambre à air enfilé, un bout de tapis antidérapant enroulé autour, ou encore du grip pour raquette de tennis. Mais on peut aussi inverser la solution, en enfilant des gants de jardinier agrippants. Longueur; j'ai allongé le manche afin que l'on puisse le saisir à deux mains.



Préparation des surfaces. (supports)
S'interroger tout d'abord sur la nature du support vérifiez la compatibilité sur la notice. Les impératifs sont en général liés à la respiration du support ou à sa nature chimique (exemple, les métaux gras comme le zinc, le cuivre nécessitent des sous-couches particulières); le bois doit pouvoir "respirer", tout comme la maçonnerie. Les peintures sont micro poreuses pour ces cas (laissent passer l'air ou la vapeur d'eau mais pas l'eau).  à l'inverse, la peinture fer ne devrait pas l'être. Si l'on excepte la peinture fer, les autres, microporeuses, peuvent être utilisées sur d'autres supports que celui spécifié. C'est tout de même une peinture qui peint! On arrive à des spécialisations qui paraissent parfois plus commerciales que réelles, un peu comme la validité de la nourriture (l'eau d'une bouteille ouverte serait à consommer quasiment dans la journée).

Grand nettoyage, décapage. mur, bois, fer, tissus. Il faut impérativement nettoyer et dégraisser. Murs peints très sales, lessive St Marc puis rinçages. Petits objets, alcool, essence C/ F etc. Et éventuellement ponçage léger.

Ponçage et enduit.  Il élimine les petits grains et améliore l'accrochage. trop c'est trop? Mais d'un autre côté, pourquoi se donner le mal de repeindre, si c'est pour avoir un résultat désastreux? En bâtiment extérieur, passe encore, mais pour de la finition intérieure, une boiserie, un meuble ou un objet, mieux vaut être satisfait de son oeuvre !! On n'imagine pas combien les défauts peuvent ressortir après peinture! On a bien nettoyé, et même un peu poncé; ça paraît pas mal. Il y a bien de petits coups, ça et là mais on croit que la peinture les fera disparaître! Quelle erreur, elle les met en valeur!. Il faut alors enduire, et reponcer. (voir plus loin)

GROS DEGATS.  Le support est écaillé ou pire, s'éffrite (une fois ! c'est une blague belge..), bois et ciment inclus, il faut faire tomber ou enlever ce qui ne tient plus. Ça fait peur et on renâcle. Cela aurait dû être fait bien avant ! rien de plus laid que ces peaux et plaques qui s'écartent et pendouillent lamentablement. Mais l'âne ne veut plus avancer. Ce serait pourtant bête de caler là. Une surface simplement fragile ou légèrement friable sera "fixée" avec de la colle à bois pour milieux humides. J'en ai mis sur du ciment, j'en mets aussi sur la tranche des planches de bois aggloméré. Pour le bois, il y aussi du "fond dur".

Rebouchage, enduit.  L'évidence est qu'il faut reboucher les imperfections avec un enduit "tout prêt" en tube, ou boîte pour de petites retouches. Pour du plus gros ou sur grandes surfaces, on peut faire comme moi et un bon peintre sérieux de ma connaissance, utiliser de la colle pour placoplâtre et blocs de plâtre, ou une cartouche à pistolet de ciment fin/enduit ciment tout prêt. Je viens de voir ça mais je ne connais pas encore. Selon "eux", on reformerait même des nez de marche écornés??  Une entreprise a collé une baguette métal sur un rebord ciment avec un produit de ce genre; sans produit intermédiaire, et ça n'a pas résisté longtemps. Tout collage sur du ciment est délicat.

Note.  rebouchage ou enduit? la distinction, imprécise, se fait entre un creux profond (plusieurs mm ou ou cm à fortiori, et un "petit" creux ou ondulation légère (deux trois mm). On dit d'ailleurs, "un enduit de lissage". Enfin, c'est ma propre traduction !!

sous-couche ou pas sous-couche ?  appelée aussi primaire, elle n'est pas utile si le support est déjà peint, et tient bon (ancienne peinture sur bon support à poncer), sauf si la peinture existante est vive ou foncée car dans ce cas elle sera plus difficile à recouvrir totalement, sans reflets. Une sous-couche est en principe adhérente, très couvrante, et sèche rapidement. Si l'on s'en passe, comme bien souvent.. on conseille de diluer à 10 à 15% la première couche de peinture de finition (avec un diluant peinture ou de l'eau selon la peinture. On ne le fait que rarement!  Cas du bois. Si l'on ne veut pas, voir la peinture disparaître au fur et à mesure de l'application, surtout en bout des fibres, il serait plus raisonnable d'en mettre. On peut aussi diluer la peinture, la passer et attendre qu'elle sèche. Cela peut boucher les pores. Il y a ma solution de la colle, ou un produit appelé "fond dur". Attention ! la colle, et même le produit d'ébénisterie "fond dur" conçu pour cela, peuvent gêner un vernissage.

Finition.  Une belle peinture doit avoir au moins trois couches. Penser aux beaux vernis qui en ont 12, ça vous réconfortera.

Fer et rouille. La rouille épaisse, en croûte gonflée, doit être enlevée. Le mieux est de pister les boursouflures de peinture afin d'éviter d'atteindre ce stade, mais bon.., on ne peut pas tout surveiller sans cesse. Par contre, avant de peindre ou en inspection occasionnelle, il faut absolument casser les boursouflures pour traiter comme dit. Les peintres du dimanche passent ce qu'ils appellent "une couche de propreté". En fermant les yeux et en ne touchant surtout pas à ce qui pourrait leur créer des ennuis. Bien sûr ce sera plus long, mais une bonne peinture est chère et on ne s'y met pas tous les jours. En attendant, on peut ensuite passer une peinture antirouille. Selon le défaut, il faudra enduire, mais de préférence avec un enduite cellulosique ou assimilé, comme les carrossiers. On devrait trouver de petits tubes de mastic cellulosique dans les centres d'accessoires automobile, ou sur internet si l'approvisionnement fait défaut.

Peinture anti rouille. Leur choix est généralement limité ! Et ce n'est qu'un compromis. Une bonne couche d'antirouille est nécessaire, surtout en extérieur. On peut passer au préalable du Framéto ou équivalent, qui provoque une réaction de sulfatation avec la rouille, laquelle devient aussi noire que les doigts! et ça tient; au moins sur les doigts. Je préfère maintenant un produit moins connu, le Rust - rouille en anglais - Owatrol, produit pour rouille et peintures. Il pénètre la rouille, sert de primaire d'accrochage même pour le zinc (notice ..) et dilue aussi les peintures. J'en ai enduit quelques galets et pierres ou tuiles de décoration. Pour un portail métallique, les deux et même trois produits ne seront pas de trop (ceinture, bretelles..). Et encore, en milieu marin exposé, ça ne survivra pas longtemps (ne pas oublier le nombre de couches de peinture). Ah ! le dessous des barres.. surtout celle du bas: (inspection au miroir obligatoire). Quarante ans après, mes portails sont encore quasi neufs, malgré quelques petites atteintes en profondeur au bas, quand bien d'autres ne sont plus que des épaves. A examiner sérieusement tous les trois ou quatre ans. Maître mot: PROTEGER! c'est à dire, traiter les tâches de rouille sans attendre une nouvelle couche de peinture. Traiter de même le bois découvert.



Ouvrir le pot.

Avant de jouer le "massacre au tournevis", tentez de décoller le couvercle progressivement à l'aide d'un couteau, un vrai, avec une lame fine et affûtée mais épaisse et forte côté "dos". Si vous parvenez à introduire la lame un tout petit peu, la suite n'est que patience. Suivre tout autour progressivement et ne pas chercher à le sortir complètement en forçant en un ou deux points.

Un autre outil inattendu, très efficace est.. un coupe-ongles ! Faire pénétrer le coupant dans l'interstice pot/couvercle, puis faire levier en prenant appui sur le rebord de la boîte. Tous les modèles conviennent, dont les moins chers, mais il est plus pratique de séparer les deux parties. Le gros modèle pour ongles de doigts de pied ne rentre pas dans la gorge.

 

Les pots carrés sont les plus délicats à ouvrir. Insérer une lame aux endroits les plus proches du bord (4 traits blancs) pour pouvoir faire levier et avec de la patience, cela peut venir sans trop de dégâts !

Dispositif pour ouvrir le couvercle sans rien tâcher, le poser en biais sur le pot de peinture et y ajouter le pinceau.  Cette réalisation brevetée est arrivée demi-finaliste à un concours d'innovation de Normandie. Couramment utilisée à la maison, on ne pose plus le couvercle. Mon ustensile permet de déplacer pot, couvercle et pinceau en portant le tout d'une seule main. Ouvre boîte, porte couvercle et pinceau. en savoir plus" "fabrication". Voir plus bas "peindre propre", pour une astuce en cadeau.


- Couvercles de pots vissés. Un reste de peinture a été versé dans un petit pot de verre à couvercle vissé, il y a des chances pour que le couvercle soit collé par la peinture. Première tentative, l'antidérapant, ou les gants. Découper deux morceaux de rouleau antidérapant, l'un pour le dessous du pot en verre, l'autre pour placer sur le couvercle. Enfiler des gants de jardinage avec enduit agrippant (surface rugueuse d'aspect caoutchouté).
Si rien ne vient, l'eau chaude ou le tournevis. Eau chaude. Faire couler de l'eau très chaude sur le bord du couvercle. Tournevis (ma solution préférée). Poser le pot à l'envers, insérer un tournevis entre couvercle et verre pour écarter (décoller) un peu le bord vissé du couvercle; en plusieurs endroits, de préférence près des parties renforcées du couvercle qui vissent dans le filetage du verre. Remettez à l'endroit et dévissez. Normalement, on ne doit pas trop abîmer le couvercle. Enfin, les amateurs de pinces spéciales et rubans d'acier que nous avons été, tenteront naturellement cette formule. Ça marche aussi, mais on risque d'abîmer.



Enlever la peau.
Opération délicate car la peau formée par la peinture se casse en morceaux dès qu'on la soulève et tout morceau enlevé, en équilibre sur le pinceau ou bout de bois que l'on tient, laisse couler de la peinture! de grosses gouttes qui devrait normalement revenir dans le pot. Donc c'est ce qu'il faut faire. Ou filtrer. Mais pas dans ce cas, sauf si on constate la présence de tout petits fragments, que le pinceau prendra plaisir à répandre.

L'évidence: le morceau de peau en équilibre précaire, serait mieux tenu avec une fourchette (bas de gamme, on en a tous). Elle permet de piquer ou soutenir tout en laissant filer la peinture dans le pot. On va plus facilement à la pêche des autres bouts de peau qui deviennent de plus en plus petits; il faudrait finir à l'épuisette..


Filtrer peintures et vernis. On ne va pas prendre le tamis à farine ou la passette à lait pour filtrer la peinture. Voici quelques possibilités: les cônes en papier pour cafetière ? trop fins. Vieux bas et collants, là est la véritable mine; je l'ai fait avec une peinture un peu épaisse et c'est bon. Ou pare-soleil de voiture (à rideau ou cerclé, à ventouse). Former une poche sur le pot vide. C'est bon, je l'ai fait, mais c'est moins fin qu'avec un bas. Filtres de fromage blanc livrés avec le pot; possible, mais seulement pour les gros morceaux. Tout dépend de la peinture et du travail de finition à exécuter. On peut constituer un entonnoir à jeter avec le haut d'une bouteille plastique coupée. On y posera le filtre. La partie inférieure peut servir de réceptacle (un peu mou, chercher ou conserver à cet usage une bouteille vide plus épaisse..). Nettoyer succinctement le pot et y retransférer la peinture filtrée. Si vous avez des mélanges à faire, procéder de même (bouteille plastique) et remuer avec un bâton fin.



Peindre propre  Idées, précautions

Pour tenir plus sûrement votre pot de peinture, sans risque de renversement, placez-le dans une petite cuvette d'environ 20 cm de diamètre; elle sera réservée aux travaux de bricolage-nettoyage. La cuvette permettra aussi de placer couvercle, chiffons et pinceaux. Plus le petit cadeau hibis, soit l'idée d'un aimant à placer sur le couvercle - au milieu ou au bord - qui, une fois ouvert, permettra de le saisir proprement. Une courte poignée peut y être adjointe (adhésif double face), mais tel quel, on peut le plaquer à l'extérieur du pot, ou l'y accrocher avec un complément de votre goût. Vous approcheriez alors mon invention, citée plus haut pour l'ouverture du couvercle.
Avoir le couvercle avec soi est intéressant et utile, car on limitera - en le posant simplement sur le pot - l'évaporation des produits volatils. Mais cela limite aussi, en extérieur, le risque de chute de saletés diverses, surtout si l'on est interrompu ou si le travail est long.

Enduire un rouleau de peinture. Pas besoin de boîte spéciale ni de grille pour essorer le rouleau (nettoyage !!!). Placer le rouleau au-dessus de la boîte, l'incliner, puis enduire le rouleau sur plusieurs faces à l'aide d'un gros bâtonnet, trempé dans la peinture, qui servira aussi pour faire tourner le rouleau.
Solution extrême, si vous êtes pressé ou pour une grande surface à couvrir, donc avec un plus gros pot, tremper le rouleau dans la boîte, puis racler la peinture en (large) excès à l'aide d'une spatule ou d'un bâtonnet, en le faisant tourner sur plusieurs faces comme précédemment.

Réservoir de peinture. Si vous préférez mettre une petite quantité de peinture dans un récipient plutôt que d'emporter la boîte, et si vous utilisez un tout petit rouleau, qui peut cependant ne pas rentrer dans la boîte de peinture, penser aux barquettes aluminium ou plastique de cuisson utilisées pour la vente des plats préparés. Il y a différentes tailles; on les jette ensuite sans rien avoir à nettoyer. (en vente en grandes surfaces)

Nettoyage et conservation des pinceaux en savoir plus. Une solution simple qui permet d'empêcher les pinceaux et rouleaux de sécher entre deux couches (plusieurs jours), mais aussi de poser et conserver les pinceaux/rouleau sur le chantier même. Enfin, cela facilite grandement le nettoyage du pinceau, ou même du rouleau, sans se salir. L'avantage est immense. Idée: gardez quelques pots de yaourt ou de crème, ou les doses de lessive pour lave linge (boules), afin de nettoyer vos pinceaux. Commencez par les presser dans un chiffon pour exprimer le maximum de peinture, puis nettoyez avec du white spirit ou du substitut de trichloréthylène, puis un mélange de white et de lessive liquide, ou de savon de Marseille liquide.
Idée: Après avoir bien nettoyé les pinceaux "jusqu'à la virole", les poils des pinceaux garderont une belle forme serrée si vous les enroulez dans un chiffon ou un morceau de papier, en serrant un peu les poils. Autrement, vous obtenez souvent un hérisson!

Conseil: ne pas tremper le pinceau dans la peinture jusqu'au manche !  le haut des poils ne devrait pas être imbibé car c'est la partie la plus difficile à nettoyer. Cela reste théorique, car la peinture finit par remonter. C'est une raison pour bien nettoyer à fond, en écartant les poils jusqu'en haut. Un pinceau durci peut être récupéré avec de l'acétone .. et une paire de pinces pour écraser les poils en haut et faciliter la pénétration de l'acétone.
Nettoyage général pour les peintures glycéro et assimilées: white spirit, mais également le substitut de trichloréthylène (esther synthétique). C'est un produit moins agressif que le white pour les mains !  moins efficace, mais bien suffisant, s'évapore moins. Ne détruit pas les motifs des toiles cirées modernes qui disparaissent avec le white. C'est un gros avantage (les vraies toiles cirées tenaient !). Mais vous pouvez aussi essayer l'essence C, F etc, plus agressives que le substitut. Enlever les tâches de peinture à l'eau(acryliques en général). La peinture à l'eau ne se dilue plus une fois sèche et elle sèche très vite. Je rapporte un succès avec une peinture nommée "AVI 3000". Je n'ai pas essayé avec d'autres mais je le ferai à l'occasion. Alors qu'en grattant et mouillant je n'arrivais à rien, j'ai utilisé du diluant cellulosique. Tout est alors parti miraculeusement. On peut le faire sur des vêtements coton clairs mais avec précaution car la teinte peut en souffrir. Comme d'usage, faire un test sur un revers non visible.

A propos de nettoyage de pinceau:, une vrai question d'ordre pratique et écologique doit être posée: faut-il passer tant de temps à nettoyer, et au final, déverser tant de produits dans nos égouts, quand jeter le pinceau permet d'éliminer tout cela ? j'y réfléchis. Un collègue pratique comme ça depuis toujours. Un petit pinceau ne coûte pas cher. Inconvénient possible, votre pinceau ou rouleau neuf risquent de perdre à nouveau quelques poils.

J'ai vu un peintre professionnel conserver ainsi ses pinceaux: ils trempaient, en position suspendue, dans différents pots. Pourquoi suspendus ? pour ne pas tremper la virole. Est-ce un cas?
Note. Avec les peintures diluables à l'eau, le problème ne se pose pratiquement plus. Bien que.. le produit rincé abondamment est-il aussi bon que cela pour notre planète?

Petites retouches de propreté, sans grande finition? utilisez un pinceau en tissu. Enroulez un morceau de tissu autour d'un bâton ou d'une spatule en le faisant dépasser suffisamment : vous avez réalisé un pinceau provisoire que vous jetterez; Pas pour laquer !!  toute petite retouche, le coton-tige, en tamponnant (mais le coton tend à se détacher).



Etanchéité du pot

La gorge de la boîte se remplit vite de peinture qu'il vaut mieux enlever pour pouvoir la rouvrir. Moins visible est la couche qui se dépose sur le bord couvercle ( surtout contre le bord roulé) car l'étanchéité n'est plus assurée, le couvercle ne s'enfonçant plus qu'à moitié. Il faut absolument la gratter.

Nettoyage de la gorge du pot à l'aide d'un chiffon ou papier et lame de couteau. Avant de fermer le pot de peinture, grattez la peinture autour de la gorge du couvercle car c'est là qu'elle s'accumule aussi, empêchant une bonne fermeture étanche).

Fermeture du couvercle; ne pas taper au centre du couvercle, mais sur le bord extérieur; Et avec le marteau tenu à plat SVP (sur son grand côté). Cela si l'on ne préfère pas intercaler un bout de bois, ou le fermer en s'appuyant sur une planchette, mains croisées.

Formation de peau Le dessèchement de la peinture dans son pot se traduit par la formation d'une peau qui s'épaissit au fil du temps. On peut mettre un peu de white-spirit sur le dessus avant de replacer le couvercle (voir ci-dessus le nettoyage du couvercle). Ce n'est pas suffisant pour un pot à moitié vide ou plus, même si le couvercle ferme bien, car il y a trop d'air enfermé. De plus, l'étanchéité est rarement parfaite une fois le pot neuf ouvert. Une pratique ancienne consiste à retourner le pot. Mais cela n'élimine pas l'air et remplit le couvercle de peinture. La meilleure solution consiste à transvaser la peinture dans un pot plus petit, bien étanche. Un pot de verre à couvercle vissé sera pratiquement le seul choix. On recherchera donc à éviter le contact de l'air avec la peinture. Je propose ici d'utiliser une poche plastique ou du plastique fin.
prendre une pochette de plastique (petit modèle pour produits à surgeler). On l'enfoncera dans la boîte avec le dos des doigts jusqu'à ce que la peinture remonte un peu sur les bords ; bien plaquer le plastique au fond et sur les bords pour chasser les poches d'air. Rabattre ce qui dépasse à l'extérieur en répartissant les plis au mieux. Refermer le couvercle en pinçant le plastique. Le nettoyer préalablement
Brico 2 (étanchéité du pot). Ce n'est pas parfait car il y a toujours trop d'air à l'intérieur et il y a une autre possibilité, dérivée de celle-ci, qui améliore grandement. "en savoir plus.

- Repérer le niveau de peinture; avant de fermer le pot, tracez un trait au gros feutre pour indiquer le niveau de peinture qui reste. Le poids est insuffisant pour deviner.

Niveau de peinture. Si le niveau est nettement inférieur à la moitié, songez à transférer la peinture dans un pot plus petit, car il y aura beaucoup trop d'air (petit pot à confiture, à cornichons, condiments, aliments pour bébés etc). On peut le faire plus tôt si l'on dispose du récipient adéquat.



Couleurs
Aspects et influence des peintures
.
Quelques règles élémentaires, pour guider votre propre qualité de décorateur/trice.

Mate ou brillante. La peinture mate est plus douce que la brillante et masque mieux les défauts de planéité; elle se salit davantage (micro-cavités). Moins salissante, La peinture brillante se lave mieux. Par ses reflets, elle est aussi plus vivante et chaleureuse. Pour une porte, prendre de préférence une satinée (entre les deux), ou une brillante (cuisine, extérieur, clôtures). La peinture satinée est en général un bon compromis, et le choix en coloris y est plus grand. Pour un mur intérieur, mate bien sûr ou satinée selon la surface et l'orientation de la lumière. Enfin, essayez la peinture satinée pour les murs extérieurs (tout ou à mi-hauteur), ils seront moins salissants et auront plus de caractère (utilisé maintenant pour murs antigraffitis). De gros défauts pouvant être accentués par l'éclairage naturel, et cela en fonction de heures (à vérifier), mieux vaut y prendre garde. On peut peindre aussi un bandeau de toit en brillant si les défauts ne sont pas excessifs.

Teinte. C'est le plus délicat; une couleur sur une petite surface (sur le pot par exemple), paraît plus claire que sur une grande. Une couleur foncée rapproche et une couleur claire éloigne. Pour modifier l'aspect d'un couloir étroit, il faut peindre ou tapisser le plafond (en retombant même un peu plus bas) avec une couleur foncée, et les murs avec une couleur claire. Des murs exposés à la lumière peuvent être peints en plus foncé que les autres. Au nord, préférer une couleur un peu chaude, au moins sur un mur. Atténuez la teinte pour un mur proche ensoleillé, à moins que vous ne souhaitiez un effet particulier. Deux couleurs différentes peuvent être utilisées, par exemple une couleur pour trois murs et une autre pour le quatrième en se rappelant les problèmes d'éclairage et de profondeurs à rectifier (ci-dessus). N'ayez pas peur des couleurs, même avec des meubles anciens ou de style : ils seront mis en valeur et vous éviterez l'ennui. Les couleurs vives sont réservées aux expositions et aux experts en décoration. Couleurs complémentaires. Attention,  elles se contrarient en particulier le vert avec l'orange, le bleu avec le rouge, qui peuvent provoquer des troubles de la vision (tapisserie rayée).


Idée: Colorer une peinture blanche

Rien d'original puisque les colorants liquides existent depuis longtemps. Toutefois, la tendance n'est pas aux tests interminables et risqués, mieux vaut aller choisir une teinte et la laisser composer par une machine. Cela existe aussi et ça mérite d'être souligné. Ma proposition est tout autre: teinter légèrement les murs d'une pièce en prenant une peinture acrylique blanche comme base, additionnée d'une poudre colorée, que j'ai trouvée dans le rayon "enduits spéciaux" (genre murs d'autrefois..). En ajoutant progressivement la poudre, on contrôle très bien le mélange, opération qui nécessite toutefois un mélangeur, soit une tige métallique munie d'une hélice, à fixer sur une perceuse. J'ai pu faire ainsi une face plus claire que les autres, en conservant la même tonalité. Seule précaution, bien mélanger pour ne pas avoir trop de grains qui s'écrasent quand on peint (facilement rattrapables); on peut au contraire les laisser pour faire un effet piqueté.

Reflet d'une peinture sur une autre. Tous les corps renvoient un peu de la lumière reçue, comme la lune (on appelle ça l'albédo). Donc un mur coloré renvoie sa couleur sur le reste ; si les couleurs se contrarient, elles s'éteignent mutuellement. A l'inverse, elles s'éclairent et se mettent en valeur ; j'ai ainsi changé la peinture de l'encadrement de ma porte d'entrée, un bleu qui "éteignait" la couleur bois jaune-rouge de ma porte d'entrée. Une couleur plus proche la met maintenant en valeur et j'ai des compliments sur ma porte que personne ne voyait auparavant !!

- Opacité et couches, résistance. Aucune valeur ni code ne mesure ces caractéristiques. On voit donc fleurir des indications farfelues plus ou mensongères, telle "couvre en une seule couche", ou la surface couverte par le pot entier en un seul passage, etc. J'ai utilisé un jour une peinture antirouille qui affichait fièrement "indice de protection 9" (par rapport à quoi ?). C'était pure invention. L'indication "résistante aux UV" n'est guère plus éloquente. On se fie donc aux grandes marques, mais rien n'est sûr. A priori, tout intervient, la qualité des pigments, celle du liant, des additifs, afin de conférer opacité et résistance aux agressions ; le prix devrait donc s'en ressentir. J'ai l'expérience de peintures bon marché qui revenaient très cher au final. Dont une marque de grande surface. Ce n'est qu'une information, mais comme je le répète à loisir, hors arnaque imprévisible, le bon marché revient souvent très cher.

L'opacité mise à part, le nombre de couches est également important, peinture de qualité ou pas. Plusieurs couches garantissent une bonne finition ainsi qu'une meilleure résistance dans le temps, dues à la masse du produit. On est un peu négligent sur ce point car le travail de peinture avec son indispensable ponçage entre couches est ingrat, et le coût final élevé. C'est d'autant plus vrai pour les vernis. La laque chinoise, le vernis au tampon exigent des heures de travail sinon des jours. Le nombre de couches fines est dément. Le vernis des bateaux, notamment celui des runabouts de luxe, tels les célèbres Riva italien, s'étalerait en au moins douze couches!! plus une nouvelle chaque année. Ça brille !!   Pour un banc d'extérieur et une porte d'entrée exposée aux intempéries, je me suis décidé à mettre six ou sept couches. Le résultat est pour le moment très satisfaisant bien que je n'ai pas remis de nouvelle couche depuis. Sans doute à tort.



Effets

- Peinture sans traces. Pour faire une peinture fine sans grain, il faut peindre au pistolet. Le bagne !  Voilà ce que je pratique à l'occasion: diluer très fortement la peinture avec un diluant de type CR 10 ou par défaut le diluant V33, les deux en petit bidon métallique) (grandes surfaces de bricolage) jusqu'à ce que la peinture soit très liquide. Vous la passez ensuite avec un chiffon non pelucheux ou au pinceau. Comme elle est très fine, il faudra (c'est l'inconvénient) beaucoup de couches pour couvrir et résister à l'usure. Cette méthode en couches très  minces permet d'obtenir un aspect "vieille peinture usée". On passe plusieurs couches de couleurs différentes, dont du blanc, en n'étalant irrégulièrement ; on peut poncer légèrement si l'on souhaite mieux faire apparaître les couches inférieures.
J'ai ainsi peint cette étagère de rotin (photo) dont l'aspect était assez quelconque et qui, méconnaissable, est désormais assortie à notre tête de lit !  J'ai également peint une petite table ronde et ses pieds, avec des bleus et verts (toujours du blanc entre couches). aussi décoration

- Retouches pour petites surfaces. On n'achète pas un pot de peinture pour faire des retouches, mais on ne doit pas laisser non plus les éraflures, coups et dégâts divers sans rien tenter. Selon les parties touchées (montants de portes, murs, cadres..) on pourra s'orienter vers les pots ou tubes de peinture pour tableaux - généralement acryliques - ou les petit pots de peinture mate et brillante pour maquettes. Penser à faire des mélanges, comme les peintres. En si petite quantité, ce sera peu coûteux.
Il existe également des crayons feutre pour retouche sur bois (différentes teintes) ainsi que des bâtons de cire colorée. ils permettent de remplir de petits trous et fissures.
On peut aussi retoucher les papiers peints. De simples feutres ou des crayons de couleur peuvent être également utilisés. Tout peut-être ainsi corrigé, cadres, meubles, chaussures éraflées, œuvres d'art et même moquettes. Précaution: le feutre de couleur fonce sur les tissus et les papiers. Faire un test avec une teinte très claire pour commencer. Sur tissu, on peut diluer avec de l'alcool.



Pinceau au mètre    Génial, rigolo ou futile? Le pinceau au mètre ne verra jamais le jour.. j'ai décrit plus haut, quelque part, quelque chose de très différent, mais qui s'en inspire et peut le remplacer..

 suite possible,    Se dépanner (un peu de tout).


hibis Idées                   retour au début de page