hibis  "trois sites"



hibis, rien que
la réalité

hibis    Curiosité diverse..  
  •  sommaire par thème
    •  de l'architecture façades et maisons - fontaines, campaniles, cadrans, peintures murales.. - immeubles, tours, habitats divers -
      constructions anciennes, antiques, objets d'art - édifices religieux et religions
      techniques et matériaux, évolution - ouvrages d'arts, gigantisme
    •  de drôles de choses ville et nature, plaques et affichettes, commerce, humains, animaux, la bouffe, véhicules, arts, objets, usages et croyances.
    •  sciences et techniques phénomènes de base, pièges et surprises. unités, forces et composition, énergie, masse, vitese - pression (solides, liquides, gaz), dynamique, température..
    •  physique de la vie (approche) les minuscules qui font des géants, un milieu si complexe, étonnant de créativité - notre naissance.. - physique de l'univers, une interrogation ?
    •  électricité piles et batteries, éclairage, courant électrique (compréhension), (électro)magnétisme, gigantisme - électrostatique - dangers..
    •  sociétéécologie, économie, qualité française et allemande, faits et méfaits..
    •  éditorial le billet du jour..
  • global thèmes

email         mise à jour/rubriques du site   

  ou   global "Société"

Cette page:  Pays du deux tiers monde,  Guerres, violences et répressions d'Afrique,


~~~~~~~~~~~  Secrets d'Etat   ~~~~~~~~~~~  Raisons supérieures d'Etat  ~~~~~~~~~~~   des peuples qui subissent   ~~~~~~~~~~~   une honorabilité mise à mal  ~~~~~~~~~~~ 
 

Pour Raison d'Etat, Intérêt Supérieur de l'Etat, ou pour conserver leur pouvoir, les Chefs d'état et gouvernements ne respectent rien des valeurs qu'ils sont supposé initier et garantir dans leur propre pays. On se permet tout, y compris des assassinats si nécessaire, le pire étant la privation des peuples de toute ressource, par embargo ou tout autre moyen (*), en espérant qu'ils se révolteront alors qu'ils n'y sont pour rien. Tout est permis lorsqu'il s'agit d'accroître une influence, de contrôler des ressources, gagner des surfaces. Pour cela on manipule, combine, soudoie, on tente de renverser un dirigeant en soutenant ses opposants ou l'on maintient un tyran en place, n'hésitant à faire exécuter ceux qui dérangent (dans le passé, le gauchiste Allende a été assassiné afin qu'il laisse place à Pinochet. Plus récemment, deux chefs d'Etat, critiquables certes mais les exécutants sont pires, "y sont passé"). Ils ne sont pas à un soulèvement près, à un massacre près. Eva Joly, magistrate chargée des affaires financières en France, puis à une action plus large au plan international par la Norvège, a écrit, Je cite  : "Au Nigeria, au Rwanda, parfois de manière occulte, la France a permis des choses horribles, au nom de la raison d'Etat. Elle a alimenté des guerres civiles et n'a jamais eu une véritable volonté de développement de ses anciennes colonies". Il est exact que l'on construisait des routes ou de voies ferrées, ce n'était pas pour les populations, mais pour les matières premières, bien que par la suite, elles en ait bénéficié, avec des emplois gratifiants pour ces gens simples (selon un autochtone du Burkina Faso). Le fait que cela se pratique dans tous les grands états ne disculpe la France en rien. Mais les autres ? le Rwanda paraît intouchable tant il jouit d'une bienveillante attention auprès de certaines puissances étrangères, dont les USA, qui rendent totalement inopérantes les preuves que semble détenir l'ONU.  Sadam Hussein a été mis en place par les USA pour contrer l'Iran et maintenir une opposition Sunnite au milieu des chiites.  Tous les dirigeants occidentaux le soutenaient. Il est probable que les USA l'aient encouragé dans sa désastreuse guerre contre l'Iran, puis dit-on, contre le Koweït ; tout cela pour le réprimer ensuite, devenu gênant, et le faire exécuter.

Tout comme Ben Laden, soutenu contre les russes, puis pourchassé comme Sadam. Mais depuis la prise de possession de l'Irak par l'Amérique, les chiites d'Irak sont passés sous le contrôle de l'Iran qui n'est plus, lui-même, sous contrôle des USA depuis le renversement du dernier Shah. Le Shah est le monarque spirituel et traditionnel de l'Iran, richissime et couronné avec faste, dont le dernier ne pouvait plus être soutenu, après 37 ans d'un règne sanglant, le peuple s'étant en effet soulevé contre lui et l'hégémonie occidentale qu'il représentait. Cette hégémonie, anglaise tout d'abord, puis américaine, a donc pris fin début 1979 lorsque la foule, acclamant en sauveur L'ayatollah Khomeiny, imam chef suprême des musulmans chiites, sortit de son exil. Nous, européens, avons crié à l'obscurantisme, sans rien comprendre à ce qui s'était passé pendant si longtemps pour une bonne partie du peuple, lequel ne bénéficiait sans doute pas des bienfaits que l'on nous montrait. Dès lors, les USA et les européens qui ont redouté l'arrivée au pouvoir des communistes en Iran, puis une prise de contrôle par la Russie (qui cherche aussi un débouché sur la mer), ont décidé de faire volte face pour négocier avec l'opposant Khomeiny. Le pétrole devait aussi être préservé au mieux. Ce bref échantillon de magouille appelée politique étrangère, souligne l'ignominie malsaine des relations internationales, sans considération aucune pour les milliers de morts si ce n'est plus, à chaque renversement, en ayant recours aux plus bas mensonges et à la désinformation outrancière à laquelle les peuples croient. Qu'est donc le colonialisme dans tout ça ? une horreur de plus, une horreur de trop. Mais elles se poursuivent partout et encore.


DISSUASION.

L'embargo.
De nombreux pays ont été placés sous embargo, par l'Angleterre ou les USA, dont l'Afrique du Sud (lors de l'apartheid). L'Irak n' y a pas échappé, provoquant la mort de quelques centaines de milliers d'enfants entre autre, faute de tout.
Car L'embargo ne prive guère ceux qui sont visés, et qui trouvent d'autres moyens d'approvisionnement, il n'a qu'un effet limité sur les approvisionnements en armes, mais prive avant tout et gravement le peuple démuni de tous ses artifices. Nourriture, soins et médicaments, eau et énergies.

Autres contraintes. Elles sont diverses. Il y a l'occupation du pays ou son encerclement. La Palestine est, si l'on peut dire, un très bel exemple d'encerclement. Partagée en deux comme l'avait été le Pakistan à sa création, totalement isolée de toute liaison extérieure depuis longtemps (blocus maritime et aérien), ne pouvant vendre ses produits qu'à un seul voisin, lequel achète si il veut et décide des prix, celui-ci contrôle en outre l'eau et l'électricité.
Le tout achevé par l'occupation progressive de ses territoires, avec vols de terres et d'habitations), contrôle de circulation.né de voies de circulation "étrangères",

Guerres, violences et répressions d'Afrique

Sur fond de conflits tribaux, d'épurations ethniques, d'intérêts commerciaux et industriels, de compromission et de tyrannie, de religion et surtout d'avancée islamique, d'alcool et de drogue, l'Afrique du sud et sa vingtaine de conflits, pour donner un chiffre,  est le théâtre d'inimaginables désastres humains et écologiques, d'insoutenables massacres.

Une immensité qui devrait pourtant nous ravir par sa vie joyeuse, sa solidarité, ses couleurs, ses tissus, ses élégances, ses chants et danses, ses exploits et fantaisies, sa créativité artistique.

 

Il y a des zones de conflits interétatique (entre états) ou intra-étatique (dans un même état répertoriées en Afrique, variables selon les époques mais toutes situées là où des intérêts économiques sont reconnus, généralement énergétiques (gaz, pétrole), mais également pour d'autres richesses, la plus symbolique étant le diamant, bien que la religion ou les ethnies y jouent un rôle important.  On remarque principalement : Congo/ Ouganda/ Rwanda/ Burundi (intra-état) - Tchad/ Darfour/ Soudan/ Ethiopie/ Erythrée (inter-état et internat.) - Somalie, à l'est (intra-état et internat.) - Nigeria, à l'Ouest (intra-état) - Côte d'Ivoire/ Liberia/ Sierra Leone/ Guinée (inter-état).

Des centaines de milliers de gens déplacés/déportés/fuyards, des millions de morts. La liste s'allonge : Algérie, Sahara, Kenya, Zimbabwe, Somalie, Niger, Ethiopie, Libéria, côte d'ivoire .. Horreurs des génocides, guerres de milices, hordes. Souvent sur fond d'ethnies et de religion, les musulmans occupant de plus en plus de terrain. Ils sont tous africains. Horreur des gens tués  à la découpe, horreurs des enfants soldats qui doivent tuer leurs propres parents,  horreur des enfants aux lèvres, oreilles, bras coupés, enfants claqués contre les murs ou brûlés vifs, c'est bien le fait des africains, de la drogue et de la boisson.
Les drames

Congo.
Traduction super "digest" du texte ci-dessus : Des milices violentent abominablement des femmes et les handicapent gravement avec baïonnettes et bouts de bois dans le sexe. Rien que dans la province de Kivu, on en dénombre 27.000 en 2006, ce qui n'est qu'une petite fraction du total pour le pays. Honorata, 18 ans a été attachée à un arbre et était "utilisée" quelques heures pat jour. Kasindi a été violée devant son mari que l'on a obligé à regarder. Il a été abattu ensuite.

- Soudan/ Darfour.
Le Darfour (dar fur) est une région de l'ouest du Soudan. Sultanat annexé au Soudan turco-égyptien en 1874, elle fut intégrée en 1916 au Soudan anglo-égyptien, qui devint indépendant en 1956. Depuis février 2003, la région est le théâtre d'une guerre civile entre rebelles de l'Armée de libération du Soudan (A.L.S.) et du Mouvement pour la justice et l'égalité (M.J.E.), en lutte contre le régime islamiste de Khartoum, et milices progouvernementales. © Larousse 2005. Darfour : jusqu'en mai 2006, on compte entre 180.000 et 300.000 morts et "des millions" de personnes ont fui.
Le Soudan du sud est riche en pétrole mais le peuple est "un des plus pauvres du monde", formule qui en inclut désormais beaucoup. Grand comme l'Irak, il ne possède que 16 kilomètres de routes goudronnées et une desserte en électricité réduite au minimum. La guerre civile entre le nord, musulman, et sud qui détient les trois quarts des réserves de pétrole, a fait ses ravages pendant 20 ans, avec 2 millions de morts. L'accord de paix, arraché en 2005 sous la pression des USA, semble remis en cause par Le président Omar al-Bash et l'on craint une nouvelle invasion du sud par ses milices arabes.

Horreurs. Brian Steidler, un marine américain engagé auprès de l'Union africaine en tant qu'observateur du cessez-le-feu, rapporte des images de l'horreur : des fillettes ligotées pour être brûlées vives, des centaines de cadavres qui s'amoncellent dans un camp de réfugiés, décimés par les janjawids. Ses images ont été reprises par la CNN. Ces trois dernières lignes de "Marianne", octobre 2007.

 - Niger (3me producteur d'uranium), Tchad, Darfour, Soudan (pétrole).  Le président tchadien commente le retrait évoqué par Paris de la force Epervier. Idriss Deby : "En plus des morts, les populations locales tchadiennes doivent supporter 250.000 réfugiés qui font peser un vrai risque alimentaire sur la région". Il y a eu en tout jusqu'alors 2,5 millions de "déplacés" pour le Soudan/ Darfour. Mot sublime pour ces gens qui ont fui la terreur et finissent dans les camps où ils risquent tout autant leur vie (maladies, faim, gangs, leurs tortionnaires y étant parfois aussi..).

Horreurs .
 - République démocratique du Congo (Ex Congo Belge/ anciennement Zaïre.
Superficie : 2 345 000 km² ; habitants : 57,5 millions (2005) Capitale : Kinshasa ; Chef de l'État : Joseph Kabila (il y a eu Lumumba, assassiné, Mobutu (chassé), Kabila père, assassiné). Hutus contre Tutsis ; 3,8 millions de morts de 1998 à 2005 (tueries, épidémies et famine), 100000 déplacés s'entassent déjà dans des camps de fortune frappés par le choléra. Celui de Tchomia, sur les rives du lac Albert, accueille 8000 rescapés des derniers massacres commis, cette fois, par les miliciens Tendu. "Le Point

Le déclenchement du massacre. (12 juin 2005) : le 6 avril 1994. Deux missiles abattent l'avion de Juvénal Habyarimana, le président rwandais, qui appartient à l'ethnie hutu, largement majoritaire dans le pays. Pour les Hutu, aucun doute: seule la minorité tutsi, en lutte avec le pouvoir, a pu commettre l'attentat. Et c'est le début de l'horreur.

En deux mois, les Hutu massacrent 800.000 Tutsi à coups de machettes et de gourdins. Début juillet, le rapport de force s'inverse. La rébellion tutsi, emmenée par Paul Kagame et soutenue par l'Ouganda voisin, s'empare du pouvoir. Une autre traque débute: celle des Hutu : 200 000 périront. Du coup, les survivants s'établissent de l'autre côté de la frontière, dans l'épaisse forêt congolaise. Depuis onze ans le Rwanda a une obsession, mettre la main sur ces génocidaires. L'armée de Kigali multiplie les incursions au Congo et comporte dans l'est comme en territoire conquis; résultat, en 1998, une guerre éclate entre les deux pays. Et la région s'embrase. L'Angola, la Namibie, le Zimbabwe soutiennent Kinshasa (RDC), alors que l'Ouganda se range au côté du Rwanda.

Horreurs.
 "Lors de la dernière attaque, les miliciens lui ont laissé la vie sauve après lui avoir planté un couteau dans chaque cuisse et coupé une oreille".."Tour à tour, les milices des deux communautés se repaissent d'atrocités : mutilations génitales, actes de cannibalisme sur des esclaves sexuelles.. éclatement de crânes, découpe à la machette. "Leurs supplications n'ont pas suffi. Ils les ont fouettées et leur ont éclaté la tête à coups de pierres". Toute sa famille «machettée». Selon les belligérants, la France aurait provoqué et soutenu le massacre.

Horreurs.

- Ouganda.  "Boko Haram avant Boko Haram", titre de Marianne de juillet 2015.
10 octobre 1996. Les soldats de la LRA  (armée de résistance du seigneur), sous le commandement de Joseph Kony enlèvent 139 jeunes filles dans un pensionnat catholique. 109 sont récupérées par la courageuse directrice italienne. Les 30 plus jolies ou robustes seront "utilisées" par J. Kony, un monstre. Esclaves sexuelles, esclaves tout court, enfants soldats pour les garçons qui, drogués, devront parfois tuer leurs propres parents ! en 2015,Joseph Kony sévit toujours.

- Libéria. Meurtres rituels. Des dizaines d’innocents tués, démembrés par des tueurs qui dévorent leurs organes pour en tirer un surcroît de férocité. « certains élus usent de cette pratique pour triompher de leurs adversaires » explique le journaliste Welemonger Ciapha. Marianne, février 2011

La région des lacs. Deux contrées de l'est du RDC, proches du Rwanda, sont particulièrement concernées, le Kivu nord (le plus peuplé avec la pointe est du RDC) et le Kivu sud (soulignés de rouge avec le Rwanda sur la carte). 2008, malgré la présence de 16.000 soldats de l'ONU, les massacres et exactions reprennent.  Une africaine du Kivu raconte (France Culture, 5 janvier, je résume à peu près) : "trois pays nous agressent, deux ou trois nous soutiennent et nos troupes luttent. Les rwandais Hutu sont toujours là. Ils occupent nos terres. Tous pillent, volent, nous violent, mais surtout les Hutu. Tous, c'est à dire amis, ennemis, compatriotes !

- Burundi : Pays francophone de 7 millions d'habitants, dont une minorité Tutsie de 14 %. Cette minorité qui contrôle l'armée s'est opposée à la majorité Hutu de 85 %. Une guerre civile a commencé en 1993, après l'assassinat du premier président élu melchior Ndanayé, Hutu, faisant 300.000 victimes.
 

Horreurs.
Les milices des deux communautés se repaissent d'atrocités : mutilations génitales, actes de cannibalisme sur des esclaves sexuelles.

"J'ai vu des Hema expliquer à deux grand-mères que je venais de soigner qu'elles mourraient sans souffrir si elles consentaient à leur enfants soldats au nord du Kivu a donner de l'argent, se souvient Arnold Salita. Leurs supplications n'ont pas suffi. Ils les ont fouettées et leur ont éclaté la tête à coups de pierres."


- Une femme enceinte qui avait préparé le repas de soldats de passages, s'est vu poser la question, c'est une fille ou une garçon ? je ne sais pas répondit-elle en riant, reviens dans quatre mois; je n'ai pas le temps répondit le chef, et il lui ouvrit le ventre de son couteau. Ils se seraient partagé l'enfant pour le manger.


Texte original du New York Times Saturday, October13 2007. Epidemic of brutal rape in Congo.  Bukavu hospital. Everyday; 10 new women, and giirls who have been raped show up. Many have been so sadistically attacked from the inside out, butchered by bayonets and assaulted with chunks of wood, that their reproductive and digestive systems are beyond repair. Accordind to the United Nations, 27.000 sexuals assaults were reported in 2006 in south Kivu Province alone, and that may be just a fraction of the total number accross the country. The so called Rastas could be responsible of this nex cruelty. They were once part of the Hutu militias who fled Rwanda after commiting genocide there in 1994. Women are kidnapped during Rastas raids and kept as sexual slaves. Most of the time, "Honorata, a 18 year old woman, was tied to a tree. She was untied a few hours a day to gang-rape her, she said".
A patient at the hospital was reaped by five men. Kasindi said : "I still have pain and feel chills. They held an AK-47 rifle to her husband's chest and held him watch, telling him that if he closed his eyes they would shot him. But when they were have finished with me, they shot him anyway".


~~~~~~~~~~~ pas de génocide ~~~~~~~~~~ pas de crime contre l'humanité ~~~~~~~~~~ rien des défenseurs des droits de l'homme ??


Les enfants soldats. Emission de France Culture, nuit du 12 02 2007. Ils ont toujours existé, sous Napoléon, sous Hitler, quand les hommes ne sont plus assez nombreux ou pour accomplir les tâches les plus risquées (déminage). Ils sont inconscients de la mort et font de bons soldats. Surtout drogués et quand ils n'ont d'autre possibilité pour survivre.
Il y a 300.000 enfants soldats dans le monde en Asie, Amérique centrale, Afrique (120.000). Les intervenants présents connaissent bien le sujet (médecins, UNICEF..) et ils apportent leur témoignage, partout où il y a des foyers d'insécurité, souvent liés à une richesse locale ou un enjeu stratégique. Ouganda, Nigeria..). On y côtoie les horreurs de films américains en pire. Des chefs de guerre "prélèvent" des enfants de dix ans et moins. On commence par massacrer toute sa famille devant eux ou on leur ordonne de le faire. Au besoin on tue un enfant en exemple. La formation, outre les armes, peut consister à les droguer à mort en permanence, leur faire boire chaque jour du sang humain, manger des cœurs et des cervelles fraîches, comme les adultes. Si on en manque, "on va en chercher". Gare à celui qui passe par là. On leur fait identifier les hommes aux animaux (poulet..) ou arbres, afin qu'ils les découpent de la même manière, par morceaux. Au pays où l'on croit aux esprits de la nature devant un baobab, on croit aussi à l'invincibilité et à l'appropriation des forces de l'autre. Surtout dans leur triste état. Les enfants soldats sont aussi des filles. Elles assurent les tâches domestiques et préparent les repas. La nuit, elles sont vouées au sexe, très jeunes. Certaines sont cachées dans les faux plafonds le jour (??). L'horreur est telle qu'un jeune femme enceinte et joyeuse, préparant le repas à de "combattants", s'est vue demander le sexe de l'enfant. "On ne peut savoir, répondit elle en riant, il faut attendre. "Je veux le savoir tout de suite, lui répondit-il. Et d'un seul coup, il l'éventra et retira le fœtus. "c'est un mâle" et ils partirent. Et selon le conteur, ils mangèrent le fœtus. On peine à y croire, mais c'est l'Afrique.

 

Nigeria.
Suite aux caricatures de Mahomet (Danemark) 34 personnes ont été tuées par les musulmans en une semaine et 200 ont été blessés. Cible, la minorité chrétienne : 12 églises brûlées, 200 magasins pillés, maisons et magasins vandalisés. Un hôpital ayant coûté quelques dizaine de millions de dollars n'a pas même été inauguré pour raison d'élection. Il a finalement été la proie des flammes début 2008.
Ce pays est partagé à parité par les musulmans au nord et les chrétiens au sud. En quinze ans, 14.000 personnes ont été tuées. Dans le delta, riche en pétrole et en gaz, les rebelles séparatistes mènent leurs exactions contre les étrangers pour une juste rétribution du pétrole.

Les communautés musulmanes et chrétiennes s'entretuent à la limite nord-sud des deux communautés. Bilan de la dernière expéditions, plus de 500 chrétiens massacrés. 300 avaient péri en janvier. Les litiges portent aussi sur les terres agricoles conquises par des éleveurs musulmans au détriment des chrétiens et le statut d'indigène" attribué aux chrétiens et pas aux musulmans, statut qui permet un accès plus facile à la fonction publique. Le Point, mars 2010.

Nigeria (suite). C'est actuellement (2014) un des espoirs de l'Afrique, en même temps qu'un refuge pour les chefs de guerre et terroristes, un pays qui en raison d'une amélioration relative, est donné, avec le Tchad, comme un des futurs grands pays d'Afrique, avec naturellement le sud.

- Zimbabwe. Ce pays a été un modèle économique avec le tabac, les mines, l'agriculture, le tourisme. Tout a commencé à péricliter lorsque, pour des raisons démagogiques, le Président Robert Mugabe, dont l'autorité commençait à être contestée, a décidé une "réforme agraire accélérée", soit l'éviction pure et simple des fermiers blancs propriétaires des meilleures terres arables du pays. Avec les violences que l'on sait, tous n'ont pas sauvé leur peau. Les terres ont été distribuées aux proches, politiciens, policiers, journalistes même, et le reste divisé et réparties aux mercenaires du régime. Il n'en a pas fallu plus pour que l'agriculture s'effondre, entraînant un effroyable crise dans tout le pays, au bord du gouffre, et une inflation galopante poussant au désespoir une bonne partie de la population.

Pertes d'emplois ravageuses, coupures d'eau, d'électricité, c'est sur ce fond de misère que le Président a cru bon de procéder en sus à un "nettoyage des ordures", soit l'arrestation de vendeurs des rues, la destruction de milliers de maisons, réduisant à rien plus de 2 millions de personnes qui sont parties un peu partout. Texte selon "le Monde 2", mars 2008.
Les résultats de l'élection pour la présidence, non encore publiés en avril 2008, alors que l'opposant se désigne vainqueur, le mutisme du gouvernement en place, tout concourt à un lent démarrage de la violence.

Les résultats ont été finalement connus en mai, et le renouvellement du scrutin accepté par le Président en place, lequel avait préalablement affirmé qu'on était pas près de prendre sa place. Tout fait penser au Kenya et l'on s'attend au massacre. Assez étonnamment, l'Union Africaine ne dit rien. C'est la seule autorisée à "scruter" les élections, ce qui en dit long, car composée de Chefs d'Etat et de leurs représentants, elle donne généralement l'aval au président sortant. Son silence n'est pas de bonne augure.

 

Mozambique, du calme dans le dénuement ?  Dans un petit village, il y a quatre professeurs pour 700 élèves. Il n'y a cours que par demi journée pour deux matières, le portugais et les mathématiques. Qui dit mieux ? ceux qui n'en ont pas du tout et comme les enfants d'ici, travaillent dès l'âge de 8 ans, sinon plus tôt. A Noël, les enfants jouent et chantent à l'église. Pour cette fête, il y a de petits cadeaux d'échangés, mais ce qui leur fait plaisir est de se retrouver.

Afrique du nord est (dite corne de l'Afrique): Ethiopie - Somalie - Kenya - Erythrée - Djibout
- Ethiopie. Superficie, 1 100 000 km2   habitants, 77 431 000 (estimation pour 2005). Capitale : Addis-Abeba. Pays à l'histoire marquée par le règne de Hailé Sélassié qui à la suite de l'échec d'une tentative de coup d'État, devient négus, puis roi des rois en 1930 à la mort de Zaouditou, après avoir brisé la révolte de plusieurs provinces. Il se réfugia en Angleterre après la reconquête de l'Italie, chassée ultérieurement par les troupes anglo-françaises. Hailé Sélassié réapparaît et forme pendant un temps un "Empire" qui sera le modèle d'avenir d'une 'Afrique libérée. En 1971, apparaît la famine qui touche toute bande sahélienne de l'Afrique. La révolte conduit l'armée à prendre le pouvoir et un régime marxiste-léniniste soutenu par l'URSS s'installe sous l"égide d'un général. Après l'effondrement de l'URSS, plusieurs mouvements d'opposition sont fédérés et un Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (F.D.R.P.E.), dirigé par Meles Zenawi, prendra le pouvoir. Les problèmes de frontières sont chroniques avec les pays voisins, notamment avec le Soudan et l'Érythrée. Les tension internes sont également fortes. © Larousse 2005

- Somalie. Superficie, 638 000 kmhabitants, 8 228 000 (estimation pour 2005)  Capitale, Muqdisho (Mogadiscio). Un des rares états à avoir une population homogène, les somalis, à majorité musulmane. Sous l'influence de protectorats anglais et italiens, mais aussi de l'Egypte, le pays des deux Somalies devient indépendant en 1960, et réclame l'Ogaden, une partie du Kenya et une partie de la république de Djibouti. L'assassinat du Président permet à l'armée de prendre le pouvoir et un Général instaure le socialisme, ami de l'URSS et de Cuba qui soutient quelques pays d'Afrique. Toutefois, ce soutient concerne aussi l'Ethiopie, qui lui reprend alors l'Ogaden. Le gouvernement en est affaibli et plusieurs mouvements d'opposition instaurent une situation de guerre civile qui justifiera l'intervention des troupes internationales de 1992 à 94, jusqu'à de 38.000 hommes dont la France. Après le retrait international, les affrontements entre les différentes factions se poursuivent.

Après 2001, La Somalie est ensuite soupçonnée d'accueillir des réseaux terroristes. le Somaliland réussit à survivre économiquement en développant le commerce du bétail avec l'Arabie saoudite via le port de Berbera, ou en percevant des taxes sur le poisson capturé au large de ses côtes par les navires étrangers. Une organisation régionale créée en 1992 et regroupant Djibouti, l'Érythrée, l'Éthiopie, le Kenya, l'Ouganda, la Somalie et le Soudan),   © Larousse 2005.

Les eaux situées au large de la Somalie sont considérées comme parmi les plus dangereuses du monde. Une vingtaine de bateaux ont ainsi été attaqués dans les eaux somaliennes depuis le début de l'année par des pirates somaliens, bien armés et équipés, souvent liés aux puissants clans du pays. (AFP, AP). Les forces de la Combined Task Force 150, une coalition navale réunissant plusieurs pays patrouillent en mer Rouge.

- Kenya, le fleuron de la corne d'Africaine. Superficie, 580.000 km² ; habitants, 36 millions au 12 2007. Religions, chrétiens, 66%, animistes 26 %, musulmans, 6 %. Capitale Nairobi. Paradis des anglais, le pays est indépendant depuis 1963. Frontières nord, Soudan, Ethiopie. Les élections du 27 décembre 2007 ont fait dit-on 350 morts, puis 600, puis 1.000, sans compter les 250.000 réfugiés ("déplacés") qui sont dans des camps de misère. Ce n'est pas fini, sans mettre fin au chaos qui règne dans le pays sur fond de misère partielle et donc de grande injustice sociale, de camps politiques animés de fois religieuses opposées. Justification des émeutes ? un scrutin truqué dénoncé par les opposants aux Kikuyu, ethnie minoritaire du président Kibaki, mais riches d'avoir repris les biens anglais. Les Kalenjin - fédération d'ethnies - se sont en particulier révoltés, mais le pays comporte au moins cinq ethnies principales dont les Luhya et les Luo. Le vote se serait pourtant déroulé "à peu près normalement" au dire des observateurs, mais les résultats annoncés ne correspondraient pas aux résultats du scrutin !  les observateurs sont surtout ceux de l'Union Africaine, une autorité autorisée à "scruter" les élections, ce qui en dit long, car composée de chefs d'états ou leurs représentants, elle donne généralement l'aval au président sortant. Il n'en fallait pas plus dans ce pays, avec un bon millions de "plus que démunis" (moins d'un dollar par jour), 70 % de chômage des jeunes et une espérance de vie de 43 ans, quand le reste de la population est relativement aisée sinon nantie. Bien entendu, il y a du pétrole, donc des intérêts puissants "externes", source active du dérèglement. "Dans le bidonville de Mathare, à Nairobi, la misère sert de combustible à des rivalités ethniques fortement teintées de banditisme, exploitées par des clans politiques".

Les Masa'is (Masaïs) sont des éleveurs traditionnels, ils pratiquent aussi la chasse e leurs pratiques sont mal tolérées par les autorités kenyanes. Toutes les études géographiques et anthropologiques qui leur sont consacrées montrent à quel point la création des parcs naturels les a évincés de leurs territoires de parcours et acculés soit à se «touristifier» soit à se clochardiser dans les villes.
Voir notamment l'article de D. Collet, « Pastoralist and wildlife: Image and reality in Kenya Maasailand », in D: Anderson et R. Grove (dir.), Conservation in Africa: People, policies and practices, Cambridge University Press, 1987; et les travaux plus récents du géographe Estienne Rodary, notamment son article dans Géopolitique africaine, n° 19-20, 2005. Avant de passer par les villes en Afrique, le développement durable passe d'abord par la réhabilitation des campagnes.

Pour tout cela ~~~~~~~~~~~ pas de génocide ~~~~~~~~~~ pas de crime contre l'humanité  ~~~~~~~~~~  ??

- Afrique du Sud.  La libération de Mandela, libérateur tolérant des noirs, partisan du peuple multiethnique unifié, a répandu l'espoir dans tout le pays. Seize ans après l'apartheid, des noirs ont accédé au pouvoir, aux affaires, se sont enrichis, et des blancs se sont appauvris ; mais au fond peu de choses ont changé, bien que les violences des taudis de Soweto aient disparu (on y fait désormais du tourisme). L'après Mandela s'assombrit au point que certains regrettent l'apartheid, lui reprochant son libéralisme, ou de ne pas avoir fait assez. 80 % des terres et le pouvoir économique appartiennent encore aux afrikaners, qui ont pactisé avec un Président - Thabo Mbeki - considéré comme le plus antiblanc de l'ANC, et les "frères noirs" font pire que les blancs. La discrimination positive a fait fuir les cadres blancs qui ont été remplacés par un personnel pléthorique. 2000 blancs ont été assassinés depuis une dizaine d'années, surtout dans le nord où les fermiers ont été torturés et abattus, sans que ce qu'ils apportaient - culture, élevage - ait été repris.

Sur fond d'opposition tribale, Zoulous contre Xhosas, de vengeance contre les blancs, les colorés, les voleurs, en fait n'importe qui pour n'importe quoi, la drogue, la corruption de la police, les viols, les tortures et l'assassinat règnent. Le SIDA ne s'en répand que mieux. La faute à quoi ?  Modèle économique de l'Afrique, Johannesburg connaît des coupures  d'électricité de durée aléatoire plusieurs fois par jour.

Horreurs. Complément hibis.

Chiffres 2006 pour l'Afrique du Sud (1.221.000 km carrés), 47 millions d'habitants : 20.000 meurtres en , 500.000 tentatives de meurtres et agressions, 200.000 vols et cambriolages, 55.000 viols chaque année, tolérés et devenus un sport national.   Chiffres 2003 pour la France (550.000 km carrés), sur la base de 60.000 habitants  : 1.800 homicides, 10.200 viols (source, le "Quid" pour la France).

Complément hibis : Sonet Ehlers, à la demande d'une mère de famille qui en avait plus qu'assez de voir grimper le nombre des agressions sexuelles en Afrique du Sud, a inventé un préservatif féminin classique qui, grâce à de minuscules crochets qui s'agrippent au sexe du violeur, permet de l'identifier. Comment ? pour s'en débarrasser, le violeur est obligé de se rendre dans un hôpital, car l'engin ne peut être retiré que par un chirurgien expérimenté. Rapex, le préservatif antiviol. "Marianne", janvier 2008.

 

en Afrique du Sud, libérée par Mandela, le massacre des fermiers blancs s'accélère. Ecoutez plutôt : "ils sont venus et ont coupé les chevilles de mon père à coups de bêche puis lui ont ouvert la tête; ils ont éclaté le crâne de ma mère avec un brique. la cervelle sortait de partout. Ils voulaient emporter nos deux enfants, puis sont partis semer la terreur ailleurs. Un employé qui semblait pourtant très bien avec nous, n'est plus revenu".  Vu dans un autre reportage, avec photos : on y voit des enfants tristes. Cette fille n'a plus de lèvre inférieure, ou de langue. Ce gamin n'a qu'un bras ou rien ou plus de jambe, ou la moitié, avec une balafre en travers de la tête ou de la figure qui ne lui permet plus de se nourrir normalement. Ils découpent pour se distraire.


L'Afrique, tout le monde s'en sert, tout le monde s'en fout.

 Il y a des ONG, des initiatives individuelles, silencieuses, oh combien moins traumatisantes et plus utiles que les grands projets de l'occident, qui y débarque avec ses théories et ses machines, pensant tout révolutionner, à l'image des tracteurs de Staline qui ont affamés au lieu de nourrir, jetant à la rue de pauvres ères qui jusqu'alors vivotaient sur des terres qui ne sont plus, mais surtout, ils étaient entourés.

L'Afrique, c'est avant  tout des matières premières convoitées

Il a longtemps, on avait commencé par les puits, mais la nappe phréatique a beaucoup baissé dans les zones sèches.

Il y a eu une prise de conscience, quelques organismes apportent désormais ce qu'il faut, en faisant payer une somme de principe - c'est très important pour qu'ils se prennent en charge, tels que moustiquaires enduites, tablettes nutritives économiques étudiées pour réduire la mortalité infantile (vers 2012); ils y enseignent l'hygiène plutôt que l'histoire, ou les réserves d'eau et les engrais naturels.

L'Afrique, c'est toujours des massacres; ethniques, religieux, économiques ou tout à la fois, sans parler des clans.
C'est aussi des hordes de fuyards et d'épouvantables camps de réfugiés. Nous voyons bien aujourd'hui, en 2014, ce qu'est le Centre Afrique alors que nous intervenons, en principe, pour empêcher un massacre!
Tout le monde se bat, même contre nous ! Où sont les bons, où sont les méchants quand des peuples veulent en découdre, que des étrangers ne songent qu'aux richesses ou à étendre leur influence idéologique, soutenus  par les pays du "Golfe" ?

 

L'Afrique, tout le monde s'en sert, tout le monde s'en fout.  Les Chinois, nouveaux venus de poids, y superposent une autre couche, y placent aussi leurs armes et leurs promesses en échange de pétrole, de minerais, de bois, d'aliments. Les pays profiteurs sans scrupules et sans honte, assoiffés de biens et de richesses, sont désormais bien trop nombreux et plus puissants que jamais ; ils ferment les yeux sur les monstrueuses conséquences de la compromission et de l'abject comportement des dirigeants qu'ils corrompent et qui abandonnent leur peuple à la vengeance, à la torture, à la machette découpeuse de chairs,  à la crémation vivante. Pour motif ethniques ou religieux, pour l'élimination des autres, enfants en premier, pour motif  de drogue ou de faim, pour motif de furie collective, pour motif folie collective. Des gens, des enfants surtout sans mains, sans lèvres, sans pieds ou jambes, zébrés de coups de machettes mal cicatrisés pour ceux qui ont survécu. Découper les chairs et membres, éclater un crâne, brûler vif est un sport en Afrique.

On ne cesse d'annoncer des améliorations sensibles, des PIB qui croissent ~~~~ mais la réalité est tout autre ~~~~ car c'est un peu comme chez nous quand on publie le revenu moyen des français, alors que  25 % d'entre eux détiennent 75 % des richesses (c'est une image). A ce régime - si l'on peut dire - que restera-t-il de l'Afrique ?  il semble que les violences progressent au même rythme que les inégalités et le désespoir.

On y meurt jeune, de faim et de soif, de la rougeole, du paludisme (les deux premières causes selon un interview de la presse), du sida de la filariose, de l'ebola, de la mouche Tsé-tsé, de la tuberculose ou du choléra !  pensez vous, des gens qui n'ont pas même de quoi se payer des médicaments ! toutes les 30 secondes, un enfant meurt du paludisme en Afrique. Les médicaments sont trop chers, l'inertie et le fatalisme, la socialisation - dont l'incision mutilante lorsqu'elles y survivent, des petites filles - couronnent le tout.

 
Les poubelles de l'occident*
 Cote d'Ivoire, Abidjan. 2007. Des bateaux ont apporté d'énormes quantités de déchets très nocifs venus d'on ne sait où, lesquels ont été ouvertement déchargés, transportés, puis déversés dans une ou plusieurs zones de la ville. Au vu des quantités et de l'importance du trafic généré, la complicité locale était on ne peut plus évidente. Sols et caniveaux ont été imprégnés, mettant gravement en péril la santé d'habitants déjà en situation de précarité, les plus proches étant contraints de fuir. Cet acte criminel est le fait du gouvernement, qui a tenté d'incriminer ses seuls services municipaux. Mais que penser de ceux qui ont commandité pareil crime en se débarrassant de leurs poison, que penser de ceux qui en ont assuré le transport ?
Une action internationale a été nécessaire pour que les lieux soient à peu près nettoyés. On a pu voir quelques images du nettoyage entrepris par l'aide internationale. On ne sait pas vraiment ce qu'il est advenu des gens.
La rapacité des pays riches. Extrait du New York Times, produit par le Monde, janvier 2008. Partout dans le monde misérable, la pauvreté, le risque du massacre, mais surtout la faim encourage l'émigration clandestine.  "Au Sénégal, il n'y a plus de poisson à proximité des côtes car les chalutiers géants de tous les pays viennent tout racler (scour : récurer en anglais), près des côtes. Les pêcheurs accusent leurs dirigeants de "survendre" les droits de pêche, en grossissant les quotas pour la circonstance et autorisent les pirates et bateaux locaux de pêcher dans les zones de reproduction. Tout un beau monde, mais que fait l'Afrique bon sang !

Des diamants dans le Kalahari. Botswana. La population des Bochimans, peuples du désert de Kalahari, a été déplacée dans des camps car on a trouvé des diamants sur leur territoire..

 

Le delta du Niger et sa monstrueuse pollution, voir  "écologie", delta du Niger"

Le NIGER et ses richesses.
Niger nord, saharien , AREVA a prolongé son exclusivité sur l'exploitation de l'uranium ; dans le pays, on exploite le charbon pour produire l'électivité, qui sert aux industries dont l'extraction de l'uranium, sans que les municipalités concernées (charbon), qui en subissent tous les inconvénients n'en perçoivent le moindre avantage.
Plus inquiétant, on pompe allègrement dans les nappes phréatiques fossiles (non renouvelables) pour les besoins de l'industrie, au détriment des peuplades du désert dont on n'a que faire. Au lieu de limiter les industries minières, on octroi de nouvelles concession d'autant que a guerre des influences s'intensifie partout. Notre gouvernement, qui encourage le nucléaire et sa maîtrise internationale, en porte la pleine responsabilité. Comme pour Total, faire comme les autres est-il une excuse dans ce pays des droits de l'homme qui donne des leçons aux autres ? ne pourrait-on ménager un peu mieux la nature et ses habitants quand on tire tant de profits pour notre propre bien être.
 

~~~~~ la réalité est encore pire ~~~~~ ces quelques informations donne une idée de ce que l'on ne voit pas ~~~~~ si l'on excepte cet enfant au gros ventre couvert de mouches qui va mourir ~~~~ et qui plaît tant aux médias du vingt heures.

En cinquante ans, l'Afrique a perdu près de 700.000 km carrés de terres productives. L'explosion démographique, la surexploitation des sols ont accéléré l'épuisement des sols et des ressources en eau.
L'image du puits sauveur dans les pays arides, auquel on croyait jusqu'alors, n'a été qu'un rêve car la nappe phréatique s'enfonce et le sel remonte. Le lac Tchad n'est plus que l'ombre de lui-même, réduit au cinquième de ce que l'on connaissait. Cependant, si la zone sahélienne s'étend, avec ses années de sècheresse qui met en marche des milliers de personnes et qui en tue autant, le continent reçoit beaucoup d'eau dans sa partie équatoriale et subtropicale.

2016/2017 nouvelle vague de famine au sahel suite à une sècheresse persistante. La siuation est à nouveau dramatique malgré la présence des ONG.
 

Une note d'espoir au Niger ? En 2004, une surprise attendait l'agronome Hollandais Chris Reij: "cette année là, je suis revenu dans des régions du Niger que je n'avais pas vues depuis 10 ans. Et partout, je voyais des arbres en nombre surprenant dans les tous champs". A l'aide de photos aériennes comparées, complétées d'études pratiquées sur le terrain, on eut la confirmation de ce qui s'était passé, et que les spécialistes n'avaient pas vu ! Depuis le milieu des années 80, les paysans qui vivent sur les terres les plus peuplées, ont commencé à protéger et entretenir les jeunes arbres poussant sur leurs champs. Cela s'est produit sur au moins trois millions d'hectares ce qui est une échelle spectaculaire unique pour le Sahel. Ce mouvement s'est opéré spontanément; même si, ici ou là, cette pratique a pu être encouragée. Des zones désertiques ont retrouvé 200 arbres à l'hectare. Les arbres fournissent le bois pour les cases, du fourrage pour les bêtes, apportent fruits et médicaments ; mais aussi freinent le vent et apportent un peu d'humus. C'est un mieux notable et aussi espoir pour d'autres contrées, mais la production agricole demeure néanmoins faible au regard de la population qui augmente un peu plus dès qu'il y a amélioration, comme il a été observé pour les puits qui assèchent la nappe phréatique. Et il faut préserver le bois du vol. Les actions officielles n'on jamais rien donné. Le maître mot est toujours intéressement. Les agriculteurs ont vu par eux-mêmes les bienfaits de ce travail supplémentaire. Le Monde 2, août 2009

 

DESASTRE HUMANITAIRE Il n'y a pas qu'en Afrique. En Roumanie, on a déplacé tout un village pour exploiter l'or d'une montagne. Les gens ont été relogés dans de mauvaises conditions et se défendent par l'intermédiaire d'ONG. Motif principal, l'endroit le plus riche de la montagne est percé de galeries romaines classées, mais qui avaient été déclassées pour la cause !  les ONG ont obtenu le reclassement et la société canadienne ne peut plus exploiter cette zone. De multiples procès ont été engagés sur différents points pour contrecarrer les décisions de l'Etat et de la municipalité. Emission "Terre à terre", France culture, 01 08.

Dès qu'il y a des richesses à exploiter, ou des réaménagements ou des grands travaux d'intérêt général, la même chose se produit. partout. Au mieux, on est relogé ou indemnisé mais rarement de manière satisfaisante. Gageons que si on trouvait quelque chose de très intéressant sous la tour Eiffel, on mettrait du temps à y réfléchir, mais on la déplacerait !

Trois agences de l'ONU pour combattre la faim dont La FAO, Le PAM et le FIDA, montent leur faiblesse - c'est un moindre mot - devant le désastre humanitaire. L'Organisation pour l'Alimentation et l'Agriculture "FAO" (Food and Agriculture Organisation), pointe les effets de la crise économique qui réduit l'accès des populations pauvres à la nourriture. On appelle ce drame les "trois F" fuel, food, financial, trois ingrédients pour accroître la pauvreté. La sous-alimentation atteindra un niveau record, soit un milliards d'être humains (+ 11 % par rapport à 2008)? Ils étaient 870 millions en 2005. 40 pays sont ou seront concernés Pays les plus durement touchés (en nombre), Caraïbes et nord Amérique latine (46 millions), Afrique subsaharienne (265 millions), Afrique du nord et Proche Orient), Asie et Pacifique (642 millions). La corruption, le détournements de produits alimentaires, contrecarrent une aide déjà insuffisante. L'envolée des prix des céréales suite au détournement commercial vers les plantes "bio-énergisantes" susceptibles de réduire la consommation de pétrole, a mis en ruine la déjà maigre possibilité des pauvres à se nourrir. Les céréales et autres aliments végétaux, dont le riz, mais également l'huile, leur principal apport énergétique, leur font désormais défaut.



sommaire du site "curiosité, drôles de choses"hibis Curiosité,de Drôles de choses,>Physique,Tribune libre sommaire