hibis  "trois sites"



hibis, rien que
la réalité

hibis    Curiosité diverse..  
  •  sommaire par thème
    •  habitat, arts, ouvrages façades et maisons - fontaines, campaniles, cadrans, peintures murales.. - immeubles, tours, habitats divers -
      constructions anciennes, antiques, objets d'art - édifices religieux et religions
      techniques et matériaux, évolution - ouvrages d'arts, gigantisme ialiste
    •  c'est drôle (ou pas) ville et nature, plaques et affichettes, commerce, humains, animaux, la bouffe, véhicules, arts, objets, usages et croyances.
    •  sciences et techniques phénomènes de base, pièges et surprises. unités, forces et composition, énergie, masse, vitese - pression (solides, liquides, gaz), dynamique, température..
    •  physique de la vie (approche) les minuscules qui font des géants, un milieu si complexe, étonnant de créativité - notre naissance.. - physique de l'univers, une interrogation ?
    •  électricité piles et batteries, éclairage, courant électrique (compréhension), (électro)magnétisme, gigantisme - électrostatique - dangers..
    •  sociétéécologie, économie, qualité française et allemande, faits et méfaits..
    • éfits
    •  éditorial l'envie du moment..
  • ou     sommaire global

  ou   "Drôle" global


Cette page:  Véhicules -  voitures, cycles, en altitude.. 
English

Surprise au retour de la plage : Quel est cette caravane modèle sport, derrière ma voiture, avec ses quatre roue - très - indépendantes? hibis


USA (exposition): une mini recouverte de pièces de monnaie. Du beau travail !

Incroyable mais vrai : une peinture cicatrisante.
Les peintures pour voiture peuvent effacer les petites griffures en une heure et les rayures plus importantes en une semaine. On savait que la recherche était en cours, mais Nissan la produit actuellement.. confidentiellement !
2014 La recherche est active sur le principe de l'auto-réparationle qui nous paraît impensable. Outre les fines rayures sur les peintures, on espère réussir sur les matériaux. Comme rien ne peut repousser, on inclue de micro capsules de résines auto-durcissantes qui éclatent lorsqu'il y a rupture..

Un coup de cœur ; peut-être rien de vraiment remarquable dans ce modèle, et il y en a de bien plus belles,  mais je suis revenu deux fois pour la voir.hibis



- Immatriculation des éléphants. Entre autres véhicules non conventionnels, les éléphants, en Inde, déambulent paisiblement sur la chaussée. A Mumbai (Inde, ex Bombay), il y a un grave problème d'éléphants illégaux en provenance des jungles d'Assam et du Bihâr. De plus, ils sont mal formés. L'un d'entre eux ayant été tué par un chauffeur ivre, les autorités, devant l'émoi de la population, a légiféré : depuis, les éléphants légaux portent désormais une plaque minéralogique sous forme d'implant placé non pas au derrière, mais devant, entre les oreilles.
- Immatriculation des pigeons voyageurs
Les pigeons voyageurs sont immatriculés selon le même principe que les automobiles.
- Permis de conduire. En Afrique du Sud, le permis de conduire reprend des règles du permis anglais; les conducteurs sont donc invités à serrer le frein à main silencieusement à chaque arrêt et à regarder dans tous les rétroviseurs toutes les sept secondes. On doit aussi inspecter chaque rue, chaque intersection. Un examen de la vue est également obligatoire. Le taux de réussite n'est que de 40 %. Mais cela n'empêche pas le nombre d'accidents d'augmenter, soit actuellement cinq fois le taux des USA, pourtant déjà supérieur à celui de bien d'autres pays développés. La difficulté d'obtenir le permis génère un accroissement des faux papiers, obtenus pour une somme variant de 150 à 450 $. En France, bien des candidats échouent au permis parce qu'ils ne regardent pas assez souvent dans leur rétroviseur. Comme on ne fixe pas de règle précise, c'est soumis à l'arbitraire de l'examinateur. Et il y a de plus en plus de gens qui roulent sans permis.

Hambourg  hibis  

Malgré la modernité apparente, Il s'agit bien d'un vélo taxi à pédales et non d'un véhicule électrique. A suivre, photo de droite ..
..il vient de croiser un vrai vélo à une seule place, tout aussi original ..

 et il a dû faire un petit détour

 
... car notre cycliste est un tantinet encombrant, avec son tube de près de deux mètres en travers du vélo  !  hibis


Surprise ! après avoir cheminé pendant des heures sur un sentier malaisé et rocailleux pour parvenir à un refuge, nous découvrons cette moto, à 2500 mètres près du du sommet.  hibis

Métro. Si, visitant un jour l'Egypte, vous êtes tenté de prendre le métro du Caire - qui nous a coûté une fortune à cause de l'eau - , rappelez vous que les deux premiers wagons sont exclusivement réservés aux femmes. La même distinction existe pour le tramway au Portugal, avec une justification différente: les protéger des mains baladeuses des hommes !

Un groupe de cyclistes parcourt les rues de Richmond Hill, NY avec des amplificateurs de 5000 watts alimentés par batterie de voiture. Ils passent leurs morceaux de musique à tour de rôle avec leurs six HP dont deux woofers de 38 cm. "On n'a même pas besoin de baisser les vitres !". Ces jeunes viennent de Guyane et Trinidad.


Un iintermédiaire entre technique moderne et tradition. Un brin de romantisme. revue.

Etonnant : près d'une grange des Pyrénées, presque au milieu des moutons. hibis


hibis

Reportage télé vers 2012. Maya pedal, atelier révolutionnaire.
Née d'un mécanicien de génie au Guatemala, César Molina, la bicy machina a tout d'abord actionné une pompe à eau, puis uneégreneuse à mais, trois fois plus rapide qu'à la main.  Ici, l'eau remontée par la chaine à godets s'écoule dans la goulette (en vert)

Une quinzaine de modèles ont été créés.
elle est devenue broyeur à farine, dépulpeur de grains de café, émouleur de noix, véhicule pour handicapé, machine à laver, mixeur (savon, shampoing, purées).

Cela a libéré du temps, dont les enfants ont également bénéficié : ils fréquentent davantage l'école. Un de ces petits pas pour l'humanité sans diplôme, qui en valent bien d'autres !

Les grains tombent verticalement tandis que les trognons remontent ensuite pour être éjectés à droite !! du pur génie.

En 16 ans, 800 "machina" ont été produites, mais aussi exportées, dont au Salvador, au Mexique, en Tanzanie (par internet).


A l'aise..

Les vélos d'Amsterdam. En Hollande, impossible d'ignorer que le vélo est, avec leur royauté, leur petite reine. Nous nous souvenons d'empilages de plusieurs mètres d'épaisseur, nous questionnant sur la possibilité réelle de pouvoir récupérer son bien.

- Juché sur son haut vélo noir, un grand hollandais, par ailleurs aimable et serviable, peut vite devenir menaçant. L'ensemble est déjà impressionnant, mais en y ajoutant la pluie luisante à la nuit tombée, une cape et un large parapluie noir tenu haut d'une main, l'être devient fantasmagorique, issu dune séquence de film d'épouvante. Mais suffisammant réel pour avoir failli nous percuter à un coin de rue. Sûr de son fait, il nous a gratifiés de quelques propos bien sentis, en hollandais s'entend. Il n'était sans doute pas content, le hollandais. Nous non plus.

Les hollandais ne sont pas gênés par le gigantisme, comme on le sait, depuis que leurs moulins à vent pompaient l'eau pour la rejeter à la mer, comme les Shadocks, pour ceux qui les ont connu. Gigantisme pour la igue du nord, et les vannes du sud, ils pensent désormais aux maisons flottantes. Lorsque nous parlons de garage à vélo, en France et même partout dans le monde, on n'imagine pas ça, qui s'étend bien plus loin encore. Il faudrait des vélos pour déposer ou récupérer le sien !

Guide routier. Au Brésil, les cartes routières indiquent les endroits dangereux, où les risques d'attaques sont élevés, et les automobilistes y forment paraît-il des convois. Avec 35.000 personnes tuées par balle chaque année (36.000 en 2004), le pays serait le champion du monde de la violence. la pauvreté en est la raison, mais pas seulement, bien que 90 % des violences et meurtres s'exercent à la périphérie, c'est à dire entre pauvres des favelas, dans lesquelles on n'entre pas sans autorisation du caïd local.

Une très belle griffe sur l'asphalte..
L'autoroute en fauteuil roulant. Pensant prendre un raccourci, une allemande de 81 ans s'est retrouvée sur l'autoroute avec son fauteuil roulant. la vielle dame, qui circulait 6 Km/h sur un tronçon où la vitesse minimale y est de 60, a été escortée ^par les force de l'ordre jusqu'à la sortie la plus proche. Elle cherchait à se rendre au cimeterre, mais elle a bien failli y arriver plus tôt que prévu ! "Marianne", 11 07. On ne saurait trop lui conseiller d'acheter un GPS. Preuve que les choses ne sont plus ce qu'elles étaient et que tout est devenu très compliqué. Avec les villages et les petites routes de campagne, c'était plus humain. Cascade sur l'autoroute.  En Allemagne, sur l'Autobahn A2, des malfaiteurs ont braqué un camion lancé à pleine vitesse, sans l'arrêter ! une voiture a d'abord bloqué le camion par la gauche en se plaçant sur son flanc, puis une autre voiture s'est collée à l'arrière pendant que deux hommes, sortis par le toit ouvrant, parvenaient à forcer les portes arrière du camion, faisant ensuite passer du matériel électronique de valeur dans leur propre véhicule. Le chauffeur du camion s'est-il rendu compte de ce qu'il se passait ? en tout cas, il n'a pas freiné. "Marianne", 07 2008. 
Du haut vol, digne d'un bon spectacle de cirque. Le Guinness des records pour ces cascadeurs d'un nouveau genre ?

Sur l'autoroute de Chittorgarh à Ajmer (Inde du nord), les chameaux encombrent "un petit peu" ce que l'on appellerait chez nous, la bande d'urgence.
hibis André M.

Ce troupeau de buffles la traverse sans problème, mais c'est prévu. On voit ici le passage tout à fait légal.
hibis André M.

La fixation des rails sur les traverses semble assez approximative, ce qui ne dérange guère les rats.
Parfois les trains passent entre les habitations sans perturber pour autant la vie locale.
hibis
André M.
Le super carburant de nos voitures était, contrairement à son appellation, moins explosif que l'essence d'antan ! Contenant du plomb, il contenait l'explosion (déflagration), douloureuse pour les organes vitaux (piston, embiellage). Le superplus français est une astuce des pétroliers pour vendre une essence 95 un peu plus cher, grâce au mot magique "super". Le frottement des pneumatiques consomme un important pourcentage du carburant brûlé par un véhicule (de 20 à 80%). C'est pourquoi le rail est jugé très économique pour les trains. Il n'offre en effet qu'une résistance minime, propre aux exploits des costauds de ce monde, bien plus spectaculaires que d'ébranler des poids lourds ou même des bateaux (on peut mettre un gros bateau en mouvement car l'eau n'opoose au repos aucun frottement et seule l'inertie est à vaincre. Des vaches et du vent. Il ne s'agit pas ici du méthane que ces bêtes expulsent, gaz très anti-écologique, quoique naturel, mais du vent de l'air des pâturages. En effet une pilote de la compagnie Impérial Airways (1924-1940), a remarqué que les vaches mangent "arse-into-wind", le derrière au vent, petit détail renseignant les pilotes sur la direction du vent ; cette connaissance est utile pour compenser une éventuelle dérive.
- En panne à cause d'une fouine. Nos chers véhicules intéressent désormais les martres, fouines et autres rongeurs, qui leur occasionnent d'improbables dégâts. Est-ce une adaptation d'animaux venant reprendre possession ? Ma surprise a été grande d'apprendre qu'à Hambourg,  les martres rongent les tuyauteries du radiateurs d'eau pour y sucer le précieux liquide ; est-ce pour se "shooter" avec le glycol (un alcool) ?. Ce liquide est également anti-corrosion (dont oxydation du métal), et les anti-oxydants sont à la mode pour rester jeune ? Qui sait... J'ai par la suite appris qu'en France, des fouines s'intéressaient aux flexibles de freins, réputés costauds, pour procéder aux mêmes prélèvements. Le liquide, une huile, représente sans doute une base alimentaire énergétique recherchée. On ne sait pas si elles peuvent bien digérer et survivre en ingérant ces peu recommandables produits.

- Une voiture noyée de pluie à cause d'un rongeur. Un cas désopilant, sinon comique, m'a été rapporté par Norbert (Allemagne) : une personne qui possédait une "Mini" haut de gamme, avec toit repliable en cuir, avait laissé longuement ce véhicule au parking, capote prudemment fermée. Un petit rongeur futé ayant découvert cette friandise, se mit alors à grignoter tranquillement le toit, perforant la belle capote de nombreux trous. Las, de fortes pluies survinrent, si bien que, lorsque la conductrice voulut à nouveau pénétrer dans son bijou roulant, un flot d'eau en jaillit par la portière. Irrécupérable, la sophistiquée Mini s'en vint à la casse.

- Les rats grignotent depuis longtemps le plomb des câbles téléphoniques enterrés, afin d'y grignoter le papier isolant entourant les conducteurs de cuivre (anciens câbles).
- La Mésange décapsuleuse : Depuis 1920, en Angleterre, La mésange bleue est devenue "décapsuleuse" de bouteille de lait. Elle a appris à absorber la crème qui remonte en surface. Il semble que cette technique se soit répandue ailleurs, à d'autres mésanges.

En altitude

Envoyez vous en l'air encore une fois, la dernière. Nouveau ! une société envisagerait l'envoi d'urnes funéraires dans l'espace. D'abord parce qu'il y a encore de la place, alors qu'ici bas, sans fortune personnelle, on ne veut plus rien avoir. La tranquillité n'est toutefois pas garantie, car il y a de plus plus de risques de rencontrer divers débris que sous terre; mais moins de vers. Quand à la perpétuité, mieux vaut ne pas y penser, pas plus que sur cette terre, où la perpétuité s'achève en certains cimetières encombrés, dès qu'une tombe n'est plus entretenue ou visitée, ce qui est de plus en plus fréquent, les traditions disparaissant. Seule la mort est éternelle. 1500 euros 2013, avec ou sans la cérémonie, mais sans le voyage jusqu'au site de lancement. Ah, si l'on pouvait voir de là haut après, pour passer le temps, avec une vue imprenable sur les étoles, au milieu d'un ciel noir comme de l'encre, alors qu'on ne peut plus rien voir du sol, en ville et ailleurs. La félicité.

Pressurisation.
Nos grands avions de ligne sont pressurisés car la pression de l'air baisse en s'élevant ; à 6000 mètres, le pilote d'un un avion non équipé s'endort et peu perdre connaissance car la pression atmosphérique est 50 % moindre que celle du niveau de la mer. A 10.000 mètres, elle n'est plus que de 25 %. Les soutes peuvent ne pas être pressurisées et il faut y penser (celle accueillant des animaux le sont). Dès 2000 mètres en montagne, le souffle devient court par manque d'oxygène, et les moteurs perdent de leur puissance. Ceux qui ont été visiter le Machu picchu, au Pérou, se souviennent de leur faiblesse (jambes "coupées" et souffle court). On "fait" maintenant l'Himalaya sans oxygène, mais avec un entraînement conséquent et de grands risques.
 
La pressurisation d'un avion n'est pas totale et la pression demeure inférieure à la pression initiale du sol. De ce fait, un stylo à cartouche d'encre liquide peut fuir, et un ballon se gonfler puis se dégonfler à la descente. En voiture, dans les longues descentes de cols, les oreilles peinent à équilibrer les différences de pression interne et externe au corps, ce qui se fait lentement par le canal de la trompe d'Eustache qui débouche dans le nez. On a les oreilles bouchées et même douloureuses. On recommande de se boucher le nez en soufflant dedans, la bouche fermée, ce que pratiquent les plongeurs. Il y a cependant risque d'y faire refluer des sérosités qui provoqueront une inflammation de l'oreille interne, ce qui m'est arrivé en plongée alors que j'étais enrhumé. Si vous y parvenez, je vous suggère plutôt de bailler, car c'est sans risque et très efficace (en plongée, ce n'est pas vraiment recommandé !!.. mais en avion, oui).   Un train pressurisé. Le train qui permet d'accéder à Lhassa, capitale du Tibet revendiquée et envahie par la Chine ("Match du Monde", oct-nov 2006), est le seul train pressurisé du monde. Il grimpe à 5000 mètres sur un trajet de plus de mille kilomètres. Moins typique que son concurrent des Andes, au Pérou, "lequel fait des aller-retour en zigzag sur le flanc de la montagne, en montant un coup en avant, un coup en reculant, car il ne peut prendre aucun virage" (note de l'auteur), c'est un fleuron de la technologie car il possède des masques à oxygènes en cas de malaises !!  autres caractéristiques :  293 tunnels et viaducs dont un de 12 kilomètres. Comme il peut y faire très froid et très chaud, les piles des viaducs sont de type "thermosiphon" : elles font remonter le froid du sol jusqu'aux rails afin de limiter les variations de température.

Le chauffage est tout aussi impératif dans les avions commerciaux (moins cinquante degrés à 10.000 mètres). De malheureux parachutistes pris dans un courant ascendant et entraînés vers les hautes altitudes y ont laissé leur vie, gelés et ne pouvant plus respirer. Les miraculés sont rares.

Pas vraiment drôle..
Ci-contre un moteur d'avion de type étoile, connu dès la première guerre mondiale (14-18), Léger et sans trop de vibrations, ce moteur devait être lubrifié avec de l'huile de ricin, qui fuyait par tous les joints. Le pilote en était copieusement aspergé, en avalait, et finissait avec des coliques, cette huile étant laxative ! 

Note. La grande majorité des avions étaient alors équipés de lourds moteurs classiques de voiture avec cylindres l'un derrière l'autre (en ligne), refroidis par eau. Avec ce premier modèle "étoile", les 6 cylindres tournaient avec l'hélice !

Le glorieux pilote n'a pas toujours été installé dans de bonnes conditions ; beaucoup ont souffert et souffrent encore car, dans un petit avions privé, on ne peut pas bouger; encore moins se soulager autrement que sur soi. Pensons à l'exploit de Lindbergh qui fit la traversée de l'Atlantique sans - trop - dormir, en rasant la mer pour économiser l'essence (effet de coussin d'air). Pire encore, il ne voyait devant lui qu'un réservoir, n'entrevoyant l'extérieur que par un petit périscope. Comment ne s'est il pas perdu ? Mais il était temps qu'il arrive.

Un pilote évite de boire avant un long vol, sage précaution valable si l'on part pour une marche sur le plancher des vaches où vivent selon les aviateurs militaires, les "rampants".

Au début de la guerre 14/18, de nombreux pilotes moururent de froid en plein hiver, par moins 30° à seulement 2000 mètres. Les avions n'avaient ni jauge d'essence ni accélérateur (manette des gaz ou throttle en anglais). On devait donc arrêter /redémarrer le moteur pour réduire la vitesse à l'atterrissage..
Au cours de la seconde guerre mondiale (39/45), les avions n'étaient ni pressurisés, ni chauffés. Au mieux, l'équipage portait masques à oxygène et combinaisons chauffantes. Au moindre incident, le risque de mourir était grand, Un aviateur de forteresse volante rapporte qu'il a vu ainsi mourir un jeune mitrailleur installé seul dans une verrière, et qui avait provoqué un court-circuit en urinant  dans sa combinaison chauffante.


suite possible véhicules (suite) - circulation, stationnement..

hibis Curiosité                   retour au début de page