hibis  "trois sites"



hibis, rien que
la réalité

hibis   Curiosité.
  •  sommaire par thème
    •  architecture, arts et techniques
      façades et maisons - fontaines, campaniles, cadrans, peintures murales.. - immeubles, tours, habitats divers -
      constructions anciennes, antiques, objets d'art - édifices religieux et religions
      techniques et matériaux, évolution - ouvrages d'arts, gigantisme
    •  surprenant, drôle (ou pas)
      ville et nature, plaques et affichettes, commerce, humains, animaux, la bouffe, véhicules, arts, objets, usages et croyances.
    •  Science et Techniques
      bases. nombres, pourcentages, pentes, angles - forces et composition - énergie, masse, vitesse - liquides - pression, température..    -    la vie les minuscules, milieu complexe et créatif - naissance.. - atomes - univers - une interrogation ?    -    électricité piles et batteries, éclairage, courant électrique, (électro)magnétisme, gigantisme - électrostatique - dangers..  technologies numérique..
    •  tribune libre/éditorial
      économie, écologie - faits et méfaits ; publicité, commerce, qualité ; services publics ; institutions ; esclavage..
  •  sommaire global

email         mise à jour/rubriques du site   



English
Cette page,   Architecture religieuse -  cathédrales et églises catholiques


Christianisme.

L'ère chrétienne débute par la naissance de Jésus-Christ, en Judée : (J. C, fils de Dieu ; christ=oint. Pour certaines obédiences, on ne parle que de Jésus, parfois en minuscule) ; annoncée par les prophètes d'Israël, c'est le Messie, le Rédempteur, fils de Dieu fait homme pour racheter l'humanité de ses pêchés. A sa mort, l'apôtre St Pierre devient évêque de Rome tandis que St Paul porte la parole divine pour la répandre.
Rome finit par se convertir et l'église romaine fonde le catholicisme, placé sous l'autorité du Pape. En 1054, l'orient se sépare (église Orthodoxe, mais aussi Coptes, Syriaques, Arméniens), puis Luther (Allemagne), fonde l'église protestante au XVI siècle, suivi par la France (avec Calvin) et l'Angleterre (église anglicane). (Larousse). Seule la religion catholique possède une organisation hiérarchique. Elle n'a jamais accepté que les juifs tuent le Christ. Autre Caractéristique du Christianisme : la fin du monde annoncée. voir complément (Fond doc3)


Les vitraux, les sculptures.  Pour la petite histoire, on sait que des notables ou de riches personnes se faisaient placer sur les vitraux. Inutile donc de chercher à identifier tous les saints. De même, vers les hauteurs ou dans quelque coin discret, les sculptures n'étaient pas toute dédiées aux monde de la foi. L'artiste y plaçait à l'occasion sa bien aimée ou réglait ses comptes avec son chef de chantier.
Les sculptures de portails, fresques et encorbellements, montrent souvent  des monstres terrassés mais aussi des corps écrasés ou des têtes foulées aux pieds par les saints, lesquels tiennent parfois un glaive ou une pique. Sans doute l'image du bien contre le mal ou du triomphe de la foi. C'est aussi une représentation de la Bible, saga de trahisons, de meurtres, de massacres (frères, nouveaux nés et tant d'autres).


Les labyrinthes.
Les cathédrales ont un labyrinthe symbolique, dessiné à plat sur le sol du transept. Aussi complexes soient-ils, loin de s'y égarer comme dans tout bon labyrinthe, on y est systématiquement guidé vers le centre.


Les toitures des églises et cathédrales étaient à l'origine constituées de belles charpentes classiques supportant des pierres plates ou des tuiles.

Les incendies firent de tels ravages que les bâtisseurs décidèrent de construire des "plafonds" de pierre s'autobloquant dans une voûte..
Encore fallait-il pouvoir la contenir.
Dans un premier temps, avec l'art roman, cela fut réalisé par des murs et renforcements épais, et peu d'ouvertures. L'art gothique, qui a imaginé une sorte d'ossature, nous a laissé ces chefs d'oeuvres de pierres ciselées jusqu'à la dentelle, leurs admirables vitraux et rosaces. Pas d'architecte à proprement parler, mais des maîtres d'oeuvre ayant acquis sur le tas un savoir qui, ajouté à leurs qualités et leur audace, les conduisit parfois au désastre.

Cathédrale de Barcelone.(catalogue)
(magasine)
Croisées d'ogives de style gothique, qui permet un allègement des murs et de nombreuses et grandes ouvertures par rapport au style roman. Voir aussi les cathédrales (complément d'histoire et de techniques)



hibis


hibis
Les croisées d'ogives, solution technique élégante au problème de raccordement de voûtes, se sont parfois compliquées à l'extrême;  ci-contre, à gauche, pour l'église de Pertuis. Voici une version richissime, à droite.
Clic pour cette merveille, mais qui ne soutient que le fond du cœur (St Jean de Luz) 
hibis


La religion catholique s'entoure de fastes et d'or pour célébrer l'amour du Seigneur et de la Vierge. La couleur pourpre (Cardinaux..) provenait du murex, coquillage des mers chaudes.


Espagne, La Macarena. (carte postale ramenée)

Saint Pierre de Rome. Clic ! On ne peut vraiment pas réaliser les dimensions. Le guide nous a simplement dit que les lettres, en haut à droite font 3 mètres de haut, alors qu'elles paraissent bien moins vu la hauteur, l'espace pouvant je crois accueillir Note Dame de Paris..
C'est ici qu'est conservée, entre autres chefs d'oeuvres, la sculpture admirable du jeune Michel Ange, la piéta, malheureusement difficile à photographier.  (carte postale ramenée)  hibis

France, St Jean de Luz. Cathédrale du mariage de Marie Thérèse d'Espagne, et de Louis XIV.

Mexique
Vierge hibis

 

Mexique. Or à profusion. hibis

Mexique (magasine)



Mexique revue "Bon Voyage"(disparue depuis)
Espagne, Barcelone (catalogue)
La sagrada familia : on pourrait classer la "nouvelle" église de Barcelone dans le style baroque, mais c'est une création de Gaudi, architecte catalan(1852-1926). Commencée en 1882, et pas tout à fait presque achevée en l'an 2000.. et quelques

Au sommet de ce qui est parfois décrit comme des coulures de ciment, cesfléchés sont tout aussi originales et guillerettes.(Catalogue). Mais on ne les voit pas du sol !!


(catalogue)
Vitraux modernes encadrés de Saints.


Nos églises étaient autrefois de lieux de vie, de rencontre ou de refuge pour voyageurs. Aucune messe n'y était célébrée.

On a l'impression de retrouver cela dans l’église "païenne" de San Juan de Chamula, Mexique, Chiapas) en plus discret et réservé (voir page suivante, aucun banc etc) Il n'y avait ni bancs ni chaises et elles étaient ouvertes à tous. Voyageurs, marchands, amoureux venaient s'y abriter ou y régler leurs affaires, à l'image du Temple de Jérusalem, rebâtit plusieurs fois. Selon la Bible, c'est parce qu'il s'y traitait des affaires peu compatibles avec la sainteté des lieux, que Jésus le fit évacuer (épisode des marchands du temple). Pendant longtemps, dans notre royaume, on a enterré les morts dans les églises, et ce n'est qu'au XVIIIe siècle je crois, que cette pratique fut interdite, avec la création de cimetières tout autour, comme ci-dessous, au pays basque, partie sous galerie, partie à l'extérieur. En raison du nombre de corps à placer, même entassés, ce sort a probablement été réservé, sur la fin, aux plus connus ou à ceux qui payaient (hibis, sous toute réserve)>. On sait en effet que des notables ou de riches sponsors faisaient placer leur effigie sur les vitraux, les peintures et pourquoi pas, les sculptures.
Lors des offices, la séparation physique des femmes et des hommes s'opérait par zones, sauf au pays basque où les hommes étaient dans les tribunes et les femmes au sol. Non pas pour stigmatiser l'infériorité de la femme, mais en qualité de symbole de la vie se dressant ou s'appuyant sur les morts. Elles pouvaient avoir (ou tenir ?) un cierge devant elles.
Le maire et les représentants des quartiers (un peu notre conseil municipal), se tenaient en bout des tribunes, côté cœur. Les galeries, en bois de qualité, confèrent en outre une bonne qualité acoustique, ce qui semble confirmé par le bois que l'on veut restituer au Bolchoï, à Moscou, qui y aurait eu la même influence.

Pays Basque (basse Navarre), La Bastide Clairance : Un cloître fait presque le tour de l'église, avec son cimetière à proximité immédiate.. A l'origine, les morts étaient enterrés dans le sol même des églises, puis autour, les cimetières n'étant apparus que plus tard, par nécessité d'extension. Un choix devait bien être opéré, comme toujours, selon la qualité de l'hôte.  hibis

Notre Dame de La bastide Clairance est entourée d'un cloître réservé aux tombes, placées sous des dalles gravées. hibis


De nombreux ossements ont été trouvés dans les sols des églises et aux alentours. Les grands édifices, dont les Cathédrales, ont un sous-sol compartimenté qui court sous toute leur surface ou presque.

La Bastide Clairance : trois niveaux de galeries continues (tribunes, en bois, ne sont pas si courant que ça ; il y en a d'autres, par exemple à St Jean de Luz, port Basque très apprécié qui vaut bien que l'on y flâne longuement; on y rencontre autant d'Espagnols que de Français. hibis
Unique en Europe, c'est l'Evêque de Bayonne qui définit cet agencement "en théâtre", vers 1558, faute d'argent dit-on. La voûte est très peu marquée.

Un cimetière très nature, ou les pierres de belles taille sont à l'honneur, plantées ou même couchées.. hibis hibis
Ces pierres sont gravées en suivant les courbures et les défauts de la pierre, sans aucun surfaçage. Allemagne Baltique.


  églises, chapelles typiques -  Voir aussi religions Brahamiques, cathédrales


hibis Curiosité                   retour au début de page