hibis  "trois sites"



hibis, rien que
la réalité

hibis    Curiosité diverse..  
  •  sommaire par thème
    •  habitat, arts, ouvrages façades et maisons - fontaines, campaniles, cadrans, peintures murales.. - immeubles, tours, habitats divers -
      constructions anciennes, antiques, objets d'art - édifices religieux et religions
      techniques et matériaux, évolution - ouvrages d'arts, gigantisme
    •  c'est drôle (ou pas) ville et nature, plaques et affichettes, commerce, humains, animaux, la bouffe, véhicules, arts, objets, usages et croyances.
    •  sciences et techniques phénomènes de base, pièges et surprises. unités, forces et composition, énergie, masse, vitese - pression (solides, liquides, gaz), dynamique, température..
    •  physique de la vie (approche) les minuscules qui font des géants, un milieu si complexe, étonnant de créativité - notre naissance.. - physique de l'univers, une interrogation ?
    •  électricité piles et batteries, éclairage, courant électrique (compréhension), (électro)magnétisme, gigantisme - électrostatique - dangers..
    •  sociétéécologie, économie, qualité française et allemande, faits et méfaits..
    •  éditorial le billet du jour..
  • sommaire global

email         mise à jour/rubriques du site   

pages
ou,    sommaire global"
English
Cette page:
Architecture, Arts - maisons, façades.. pays Basque, Bretagne.


Pays basque

Une des curiosité curiosités de St Jean de Luz (pays basque). Cette fenêtre du premier étage est encadrée par deux canons (un de chaque coté). La bâtisse est signalée par une plaque, pour avoir reçu "l'Infante" en 1660.

 

Saint Jean de Luz est une ville
de célébrités, et pas des moindres
puisque le mariage de Louis XIV
avec Marie Thérèse d'Espagne y
fut célébré.
hibis


Parmi les immeubles récents, plutôt soignés, en voici un qui sort du lot, avec son look Espagne du sud, un rien maure.

L'autre face de l'immeuble de gauche. Petites ouvertures et grands balcons-verrières, magasins. Curieux.

(années 2010); Le style basque en voie de disparition ? . Il est un fait que les villas récentes revêtent désormais un aspect moderne, avec parfois quelque élément traditionnels en rappel. Partout en France, la tendance est au cubisme (est-ce pour faciliter l'isolation ?); blocs carrés juxtaposés, terrasses, toits plats, couleurs variées; la grande baie vitrée se généralise, si ce n'est toute une façade ou même deux façades opposées.

Pays Basque (euskaldi)

L'etxe ou etche Xe, est la maison basque. C'est également la ferme, qui abrite familles, animaux et récoltes.

Ainhoa : village basque typique, au milieu de la verdure et des bananiers.. sous la pluie comme hélas bien souvent. Tant pis, ça vaut tout de même la peine. hibis

Le toit des maisons basques, symétrique, peu pentu et débordant à la manière du chalet (auvent), s'appuie sur une ou deux fortes murailles en saillie. La dissymétrie du toit signifiait à l'origine une extension ultérieure. La façade en mur pignon, au soleil levant (à l'abri des intempéries), reçoit l'essentiel des ouvertures et le balcon.



Les terres et champs étaient partagés par village et entre villages. hibis

Les maisons anciennes portent le nom de la famille, car elle appartient à toute la famille, même indirecte.
Certaines remontent au milieu du XVI me siècle, mais que reste-t-il vraiment d'origine ?
Noter les pans de bois qui sont toujours placés verticalement ou forment parfois un quadrillage vertical-horizontal. hibis


Maisons de villages et de villes.
A côté des grandes habitations familiales indépendantes, il existe une autre architecture qui se cache derrière des façades typiques de village ou de ville. Assez répandu est un plan de maison tout en longueur, dit bayonnais, qui définit une habitation double dont les deux parties vues en coupe, la frontale et l'arrière, sont séparées par une cour intérieure centrale avec escaliers d'accès pour les étages. Cette cour est également un puit de lumière car ces blocs sont accolés les uns aux  autres comme dans toute rue de ville, sans possibilité de fenêtres latérales. Par "tout en longueur", il faut donc comprendre tout en profondeur quand on regarde la façade.

Les pièces sont en enfilade, c'est à dire en ligne droite vers le fond jusqu'à la cour intérieure pour la première partie, puis de la cour jusqu'au dégagement ou la rue arrière pour la seconde.
Il ne doit pas y avoir de couloir pour desservir les pièces, selon un modèle que l'on rencontre dans des fermes, dans un moulin à eau , ou des appartements anciens appelés justement "longères". A La Nouvelle Orléans (Louisiane), dans les quartiers défavorisés où bon nombre de maisons ont été démolies ou abandonnées lors d'un cyclone dévastateur, elles sont dénommées "shotgun" car d'un coup de fusil tiré sur la façade, la balle traverserait toutes les pièces en enfilade. Les habitants dépossédés regrettent cette configuration qui, disent-ils, est très conviviale et apprend à vivre en communauté.



Rouge basque : le "rouge basque", tirant sur le marron, viendrait du sang de boeuf, utilisé à l'origine pour teindre les bois de façade. Jusqu'au XVIme siècle, les maisons, surtout des fermes, comme partout en France et en Europe vraisemblablement, sont construites par les charpentiers (le maçon n'existe pas), avec une structure de bois et colombage (*) elles reposent directement sur le sol ou un lit de pierres (sans fondation). Ce n'est qu'à la fin du XVI me siècle que les murs pignon latéraux apparaissent, ainsi que les soubassements (jusqu'au premier étage), de même que les encadrements de pierres. (*) colombage (de "colonne") : se dit des maisons construites avec des pièces de bois assemblées et dont les vides sont remplis de briques de moellons ou de terre mélangée à de la paille (pisé, torchis).  hibis

Maison de village typique, avec balcon de bois.


hibis Les maisons urbaines Basque sont parfois séparées par un espace très étroit ou une venelle (voir à droite). Elles peuvent être très profondes (15 mètres) sur des lots de type "Bayonnais". La construction est en fait interrompue en son milieu par un vaste escalier qui dessert deux appartements par palier, un vers l'arrière et l'autre en façade.

Bastide. C'est une ville fortifiée. Il y en aurait deux, dont la Bastide Clairance, d'où provient cette photo. Dans une bastide, les murs mitoyens étaient proscrits ; un espace séparait donc obligatoirement les maisons. Un espace généralement étroit en ville.

Entre deux maisons, on aperçoit parfois une sorte de bloc les reliant en hauteur (on passe dessous), possédant une ouverture. Je n'ai pu obtenir aucune explication (ventilation, placard, passage ? voici le plus "sophistiqué", avec une fenêtre et un portail qui ferme le passage. La partie blanche est le bout de ciel entre les deux murs. hibis

Si le le "rouge basque", tirant sur le marron, provient du sang de bœuf, dans le bordelais, les vignerons utilisaient la lie du vin pour teinter leurs murs.

Drapeau Basque : fond rouge, pour la représentation du peuple, sur lequel se superposent une croix verte (le chêne) de Saint-André, pour l'affirmation de la loi, puis une croix blanche en diagonale, pour la supériorité de la morale du Christ sur le peuple et la loi.

 blanc, rouge et vert : sept bandes pour les sept provinces.
Petite histoire basque : aux temps où les fermes constituaient l'essentiel du pays, lorsqu'il y avait un décès, on faisait lever les bêtes et on le leur annonçait. On allait ensuite voir les ruches pour l'annoncer aux abeilles.

Espagne basqueLa petite ville de Fontarabie (Funtarrabia  et Hondarribia en Basque) peut s'enorgueillir de ses maisons colorées et fleuries.
hibis
Une profusion de pots de fleurs les rehausse souvent, leur apportant un  charme fou; comme celles-ci, qui comptent parmi les plus belles.  hibis Une brève visite nous fait  découvrir des lieux charmants

Sa cité médiévale habitée est aussi une rare merveille, due à une restauration de premier plan. hibis
voir aussi, cités fortifiées, habitat ancien

 


Bretagne

Vannes (Morbihan). Vieille ville restaurée,  aux superbes et hautes maisons à colombage de type médiéval.
 
Charme de la Bretagne. Authentique et bien restaurée. hibis

Plus petite, mais si sympathique.
L'escalier était à l'extérieur. Assez commun, cela réservait l'espace pour l'intérieur. hibis
Austère et riche demeure, en bordure de mer.
Riche niche en façade pour cette piété bretonne dont on voit jamais bien sa vierge colorée. Les miracles de la photo et de la retouche permettent ici de l'admirer un peu mieux.
Simple et très délicate, celle-ci est d'un naturel plein de grâce

Saint Joseph, tenant une hache et un marteau.

Au coin d'une rue.. Saint Yves.

De si belles pierres d'encadrement pour une si petite fenêtre. île bretonne du nord. hibis

Piriac. A quelques pas de de cette maison a résidé le Colonel et Comte Walewski, prétendu fils naturel de Napoléon I, ou  selon d'autres sources, neveu par alliance de la comtesse Waleska, une conquête de Napoléon.

La ou les cheminées sont placées contre le mur pignon qui supporte l'extrémité du faîte ; de sorte que ce mur n'est plus triangulaire au sommet mais carré.

Un bien modeste phare au regard du service qu'il rend.  hibis

 

Est-ce l'invasion anglaise annoncée dans cette belle région de France ?  il est vrai qu'outre "les bon prix" de l'immobilier qu'y trouvent les Grands Bretons, le climat leur paraît doux et pas trop pluvieux.  hibis

(années 2010)
Quelle audace que ce toit peint en blanc, supposé sur ardoises. Une maison traditionnelle, située en fond fond de plage, qui a été généreusement remodelée et complétée (dont une immense véranda sous terrasse courant sur toute la façade du bâtiment, deux accès extérieurs..).
hibis

Le style breton est en voie de disparition ?  Il est un fait que les villas récentes revêtent désormais un aspect moderne, avec parfois quelque élément traditionnels en rappel.

Partout en France, la tendance est au cubisme (est-ce pour faciliter l'isolation ?); blocs carrés juxtaposés, terrasses, toits plats, couleurs variées; la grande baie vitrée se généralise, si ce n'est toute une façade ou même deux façades opposées.

 suite (maisons, façades Provence..)

hibis Curiosité                   retour au début de page